Le Venezuela

Rendre l’humanité humaine – Dernières nouvelles

Nous, faisons l’histoire / et d’autres l’écrivent / dans un monde meilleur / Cherchons, cherchons la lutte intérieure / transformer le monde / veut dire aimer. // Aidez-la, aidez-la / rendez-la humaine, / humanité. / Aidez-la, aidez-la / rendez-la humaine, / humanité. Ali Primera, dans le réveil de l’histoire

Il y a une semaine, plus de 40 migrants d’Afrique subsaharienne ont été assassinés sur la clôture qui sépare le territoire marocain de l’enclave espagnole de Melilla… plus de 40 humains, avec des noms, avec une histoire, avec de la famille, fuyant la guerre, la pauvreté, de l’exclusion et d’essayer de trouver une vie meilleure en Europe. La réponse de la police marocaine, en coordination avec la police espagnole, a été brutale. Les images des cadavres rappelaient des scènes terrifiantes des camps de concentration nazis. Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a salué l’action des forces de (dés)ordre, affirmant que, compte tenu de « l’agression violente » des migrants, la situation avait été « bien réglée ».

Ils ne peuvent que s’indigner de telles déclarations qui témoignent d’un tel degré d’inhumanité de la part d’un chef d’État. Une partie de la presse ose timidement l’interroger ; mais, en général, on répète un récit qui place les mots ou l’événement lui-même comme quelque chose d’isolé et sans contexte. Au mieux, on vous demande d’enquêter et de tenir les coupables responsables. S’il faut enquêter, s’il faut identifier les responsables, mais il faut aller plus loin. Il faut commencer par reconnaître qu’il existe un racisme structurel et que le racisme ne se limite pas aux attitudes individuelles d’un policier ou d’un chef d’État.

L’histoire de l’Afrique, du contact avec l’Europe au XVIIe siècle, est une histoire pleine de dépossession, d’exploitation, de génocide et d’épistémicide, qui commence par l’enlèvement de millions d’hommes et de femmes pour être vendus à Abya Yala, comme s’ils étaient des objets. ou des animaux destinés au travail forcé. Cette histoire ne s’arrête pas là. L’Europe a non seulement dépeuplé l’Afrique à l’époque de la traite des esclaves, mais a également démantelé les canaux traditionnels du commerce entre les peuples et les nations africaines, extrait les ressources qui ont permis au capitalisme de se développer en Europe et généré une relation inégale entre les deux continents qui a limité les possibilités de l’Afrique pour réaliser son propre développement.

C’était en 1885 lorsque les nations européennes se sont réunies à la Conférence de Berlin et ont convenu de partager le continent africain. Déjà, à cette époque, les Européens s’étaient emparés des réseaux commerciaux, avaient imposé des modes de production et de consommation, et avaient généré une relation de dépendance avec l’Europe, comme centre où se prenaient les décisions, et chaque nation d’Afrique comme périphéries subordonnées. . Après la conférence de Berlin, tout le territoire du continent est devenu une colonie d’un pays européen. Des frontières artificielles ont été tracées et des peuples entiers ont été séparés, créant entre eux des divisions et des inimitiés qui n’existaient pas auparavant ou ont été résolues en fonction de leurs propres formes de résolution des conflits.

Cette histoire est magistralement documentée dans le livre « Comment l’Europe a sous-développé l’Afrique », de l’historien et activiste guyanais Walter Rodney. C’est un travail de recherche qui nous montre l’évolution des relations entre l’Europe et l’Afrique, et nous aide à comprendre comment nous en sommes arrivés là. Rodney expose, dans son livre de données sur l’échange des matières premières, le contrôle monopolistique du commerce imposé par les entreprises européennes, en complicité avec les gouvernements et les monarchies européennes, le traitement absolument inégal des travailleurs africains, par rapport à celui qui s’est produit en Europe ; tout cela protégé dans une supériorité militaire qui a été ce qui a permis en premier lieu la colonisation du territoire africain.

L’Europe, comme nous l’expose Walter Rodney dans son excellent livre, n’a pas laissé aux nations africaines la possibilité de suivre leur propre voie. Non seulement elle a fait de l’Afrique un grand domaine d’où ont été extraites des ressources pour maintenir son niveau de vie et développement (développement à partir de sa propre vision moderne), mais a plutôt renforcé sa vision raciste et suprémaciste considérant les hommes et les femmes noirs comme des êtres inférieurs, uniquement utiles comme outils pour maintenir la production. En ce sens, il convient de noter que toutes les institutions, lois, formes de gouvernement, systèmes d’éducation et de santé, etc., étaient (et continuent d’être) basés sur cette vision raciste. C’est le racisme structurel dont nous parlions au début.

L’Europe a une dette envers l’humanité et il est vrai que nous devons faire pression pour que le massacre de Melilla fasse l’objet d’une enquête, mais ce ne sera pas la dernière fois qu’une telle chose se produira. Des actes similaires, encore plus odieux, continueront d’être perpétrés, tant que la racine du problème ne sera pas remise en question. La recherche, la sensibilisation et le changement des structures éducatives sont nécessaires pour parvenir, non seulement à ce que tout acte raciste soit puni, mais aussi pour éradiquer le racisme des esprits et des cœurs.

Au Venezuela, nous avons des chercheurs – tels que Jesús Chucho García, Meyby Ugueto-Ponce, Reinaldo Bolívar, Beatriz Aiffil, Diógenes Díaz, Lilia Ana Marquez et Argenis Delgado – qui ont produit des connaissances situées sur ces questions et dont les travaux doivent être promus et fondés pour le développement de politiques publiques de plus en plus affirmées visant à combattre le racisme et à l’éradiquer complètement de notre société. Rendre l’humanité humaine doit être notre nord et notre sud.

Vous pourriez également aimer...