Le Venezuela

San Pedro avait des chansons et des danses à Guatire et Guarenas

Les cultistes et les paroissiens catholiques de Guatire et Guarenas ont dédié des chants, des danses et des louanges en l’honneur de San Pedro Apóstol, le saint patron de la fête qui a animé les rues des deux villes de l’État de Miranda ce mercredi 29 juin, à la date de son parti.

Les habitants des deux villes se sont réveillés avec l’incertitude de la suspension des activités éducatives, sociales et culturelles par le président Nicolás Maduro et le gouverneur de l’État, Héctor Rodríguez, avant le passage du cyclone dans certaines régions du pays, dont Miranda.

Dans la paroisse ecclésiastique de Guatire, une déclaration a été diffusée à travers les groupes WhatsApp dans laquelle il a déclaré qu’en raison de la diminution du cyclone -comme il a été annoncé le matin- et qu’il avait le soutien des deux bureaux des maires.

Avec la déclaration de l’évêque du diocèse, Tulio Ramírez, il a été décidé de célébrer la messe une heure plus tard, c’est-à-dire à 10h00, il a également demandé aux participants de respecter les mesures indiquées par les agences de prévention.

Peu à peu, des groupes de San Pedro de Guatire sont arrivés : la Fondation San Pedro de Guatiure, le Centre d’Éducation Artistique Andrés Eloy Blanco (CEA), la Vallée de Pacairigua, la Virgen del Rosario, le Barrio Arriba et le 23 de Enero.

Le curé Beltrán Sánchez a dirigé le rituel spirituel, dans lequel il y avait des pétitions visant la paix et la disparition du covid-19, entre autres.

Il a également parlé du sens de la célébration liturgique en l’honneur des apôtres Pierre et Jean, qui se déroule en une seule journée parce que deux piliers fondamentaux de l’Église catholique sont vénérés.

« Pierre et Paul étaient tous deux ces apôtres qui ont fondé des communautés chrétiennes au début de la foi », a-t-il déclaré.

Jésus a dit à Pierre qu’il bâtirait son église sur lui, tandis que Jean était missionnaire et évangélisateur. Tous deux ont donné leur vie pour le Christ à des époques différentes lorsque l’empereur Néron régnait à Rome.Cette célébration remonte à 354 après Jésus-Christ, soit près de 1700 ans de cette fête religieuse.

Au moment des offrandes, il y avait de l’émotion à voir les personnages faire des pas au rythme de la musique de cette démonstration tout en apportant des bougies, de la nourriture, du pain et du vin au prêtre.

Tous les participants savaient s’il pleuvait ou non et tous les changements de temps. Les rayons du soleil filtraient à travers les fenêtres.

L’église Santa Cruz de Pacairigua a été remplie d’applaudissements et d’exclamations de joie lorsque le fidèle du CEA, Miguel Alciro Berroteran, a annoncé que les présidents de toutes les parrandas avaient décidé de faire descendre l’expression dans la rue, comme il sied à la tradition. Ils se sont également engagés à respecter les mesures de prévention en cas de changement des conditions météorologiques. Cette décision a été prise après consultation des directeurs de la protection civile et des pompiers municipaux, José Noria et José Gregorio Aray, respectivement.

L’attente grandit lorsque chaque groupe fut appelé à recevoir du curé leur image de saint Pierre, petite et placée dans une niche ornée de fleurs multicolores.

Le personnage de María Ignacia avec les deux enfants appelés Tucusitos, plus la coiffeuse pour quatre, le chanteur avec ses vers et l’un des danseurs de San Pedro de San Pedro avec les citations – des morceaux de cuir de bovin attachés à des espadrilles – ont tapé du pied devant l’autel.

Ensuite, chaque groupe est sorti un par un vers la Plaza 24 de Julio où quelques croyants se sont joints à ce moment pour le paiement des promesses. Enfin, chacun couvrit ses routes à travers différentes rues avec la demande que la pluie s’en aille.

La tradition de San Pedro a aussi vibré à Guarenas

À Guarenas, il y avait aussi de l’anxiété quant au respect de la tradition de la sampedreña aux premières heures de la journée de mercredi. Le président de l’Association civile de San Pedro Antonio Núñez de Guarenas, Pablo Glimán Núñez, a confirmé qu’il y aurait une messe mais que la procession avec l’image du saint et la fête étaient nerveuses car elles dépendaient de la météo.

A 10h00, le curé de la cathédrale Notre-Dame de Copacabana, José Antonio Barrera, a dirigé la messe. Lorsqu’il a donné la paix, il a immédiatement commencé la procession qui se déroule autour de la Plaza Bolívar, accompagnée de musique sacrée.

Le cultiste Ramón Noria, qui joue María Ignacia, et chacun des membres ont accompagné l’image d’un Pedro assis sur son trône avec la mitre et le bâton, comme il sied au pape.

A la fin, le saint resta à la porte du temple pour que les promettants pussent coller leur parole promise en échange d’une faveur.

Selon Núñez, la tradition orale indique qu’il s’agit de la même figure devant laquelle l’esclave María Ignacia a prié pour la guérison de sa fille et a promis de danser et de chanter à la fête du saint. Comme la faveur a été donnée, la femme s’est conformée.

La fête s’est illuminée lors de son transit par Pueblo Arriba et Pueblo Bajo de Guarenas.

Dans la paroisse de Corazón de Jesús le 27 de Febrero, également à Guarenas, les membres de San Pedro retournent à ses racines ont quitté la communauté de San Pedro et se sont réunis dans le village universitaire de Trapichito pour se rendre ensemble au complexe ecclésiastique, où il attendait pour eux Père Teodoro Pérez Sosa. C’était le point de départ de la sérénade de rue.

Le transfert d’une image de San Pedro à la communauté qui porte son nom Pedro, mais en raison de la pluie et de l’état des routes, ils ont décidé de reporter cette activité au week-end des 8 et 9 juillet pour la célébration.

Saint Jean Baptiste était présent

A Guatire, le groupe d’enfants Armayra Avariano a apporté son image de saint Jean-Baptiste pour rencontrer l’Apôtre. Les sampedreños ont chanté des chansons allusives, tandis que les enfants ont dansé au rythme du tambour sur l’avenue Miranda, près de la chapelle du Nazaréen.

À Guarenas, il y a eu deux de ces moments, avec l’Association civile Antonio Núñez devant la cathédrale et avec San Pedro, il revient à ses racines sur le boulevard La Paz.

De cette façon, cette partie de la tradition qui est commune dans les deux villes a été remplie.

Une bruine tombait parfois sur les sampedreños qui n’arrêtaient pas de montrer leur manifestation de dévotion, proclamée patrimoine culturel immatériel de l’humanité en 2013 et qui en 2020 et 2021 ne pouvaient pas sortir pour se montrer dans les rues de Guatire et Guarenas en raison de la pandémie de covid-19.

Une fierté d’incarner l’esclave María Ignacia

La fête de San Pedro est une pratique purement masculine. L’un d’eux incarne María Ignacia, car c’est l’héritage que la femme a laissé à son mari et qui s’est perpétué dans cette tradition.

Ramón Pacheco, de la Fondation Parranda Parranda de San Pedro de Guatire, a souligné que pour la troisième fois, il a représenté le personnage le 29 juin, en remplacement du fidèle, luthier et professeur Eliseo Acosta Terán, aujourd’hui décédé.

Son fils a tenu sa promesse d’aider à habiller Pacheco dans le cadre de cette manifestation.

Du groupe Barrio Arriba, Rufino « Wili » Ordaz a joué ce personnage il y a huit ou dix ans. Il a exprimé sa grande satisfaction de donner vie à un élément aussi important de la tradition. « Outre le fait que je suis un promettant, c’est aussi quelque chose que je porte depuis que je suis enfant à cause de ma mère et de mon père ; il faisait la fête », a-t-il dit.

Ce mercredi 29, Raúl González du groupe CEA a eu 16 ans en tant que María Ignacia. « Pour moi c’est une fierté de représenter l’esclave et il me semble que c’est la plus grande chose qui soit ; tout homme qui représente María Ignacia doit le faire avec amour, passion et affection».

Il a souligné que faire partie de ce patrimoine culturel immatériel de l’humanité a déclaré qu’il se sentait engagé à poursuivre « l’enseignement de la tradition aux enfants afin qu’elle ne s’arrête pas ».

Vous pourriez également aimer...