Le Venezuela

Santé | Dernières nouvelles

"La santé est un droit fondamental, une obligation de l'Etat, qui la garantira dans le cadre du droit à la vie", c'est ainsi que se présente l'article 83 de la Constitution, qui engage l'Etat vénézuélien à promouvoir des politiques visant à "élever la qualité de vie, bien-être collectif et accès aux services »et établit le devoir du citoyen de participer à la promotion et à la défense de la santé.

Ce n'est pas le seul article constitutionnel qui traite de cette question, qui est devenue de nos jours dramatiquement d'actualité. Le 84 parle d'un service national de santé «intersectoriel, décentralisé et participatif» gouverné par l'État, qui est différent du gouvernement et plus dans une démocratie aux pouvoirs répartis et séparés. Le droit à la sécurité sociale est à l'article 86 mais avant cela, l'article 85 dit que le financement de ce système national de santé est obligatoire pour l'Etat, ce qui garantira que le budget «permet d'atteindre les objectifs». Et attention, il continue ainsi: "En coordination avec les universités et les centres de recherche, une politique nationale de formation des professionnels, des techniciens et des techniques et une industrie nationale de production de fournitures de santé seront promues et développées." La Constitution vise deux objectifs à long terme, le développement scientifique et éducatif et le développement économique. Et pour cela, il indique ce qui est évident. Pour une politique publique réussie, il est essentiel d'avoir tout le pays et dans une démocratie qui se fait par le débat, le dialogue, la recherche de consensus. Parce qu'ils doivent appartenir à l'ensemble de la société, ce qui ne se fait pas par imposition.

Aujourd'hui, alors que ce besoin est pressant, la pandémie nous surprend sans préparation. Presque sans défense. Au hasard. Ce n'est pas seulement que l'avantage de la mise en quarantaine précoce qui a retardé la propagation du virus a été gaspillé. La question est dans quelle situation étaient la santé, les services et l'économie vénézuélienne en mars.

La propagande justifie tout mais ne remplace pas la vérité. Ils durent plus de vingt ans. Au milieu de cette période, le pays a reçu les revenus les plus fabuleux de son histoire et le gouvernement avait tout pour lui. Assemblée nationale docile, contrôles inexistants, système judiciaire compromis et argent pour tout événement. Des avantages qui de l'omnipotence ont été perdus dans le gaspillage, l'improvisation, les mauvaises décisions, les indécisions stratégiques et un désir insatiable de pouvoir total. S'ils avaient demandé à leurs grands-mères, ils leur auraient dit "Attention, mijo, celui qui couvre beaucoup ne serre pas".

Vous pourriez également aimer...