Le Brésil

Seulement 13 % de la population présentant des comorbidités a reçu la première dose

São Paulo – La première dose du vaccin contre le covid-19 n’a été appliquée qu’à 13,2 % des Brésiliens âgés de moins de 60 ans et qui présentent au moins une comorbidité. Il y avait 230 742 partiellement immunisés le 4 mai et 4 177 491 le 25. Le nombre de ceux qui ont reçu les deux doses est passé de 32 556 à 103 530 au cours de la même période. Malgré le grand nombre apparent de personnes immunisées avec la première dose, les progrès sont timides. En effet, ce groupe prioritaire compte 31 millions de personnes, selon les estimations de l’Enquête nationale sur la santé/IBGE. Cependant, les données ne sont pas les mêmes adoptées par le ministère de la Santé dans le Plan national de vaccination, qui indique environ 17,7 millions de personnes.

Les données proviennent de l’enquête la plus récente menée par des chercheurs de l’Institut de médecine sociale de l’UERJ, de l’Institut d’études en santé collective de l’UFRJ et du Département de médecine préventive de la Faculté de médecine de l’USP. Et ils attirent l’attention sur le petit nombre de vaccinés parmi les groupes prioritaires dans leur ensemble.

risque accru

L’hypertension artérielle, le diabète, les maladies cardiaques, telles que la crise cardiaque, l’angine de poitrine et l’insuffisance cardiaque, entre autres, sont considérés comme des comorbidités. Accident vasculaire cérébral, asthme, maladies pulmonaires chroniques telles que l’emphysème et la bronchite, entre autres. En plus de ces conditions, le cancer, l’insuffisance rénale chronique et l’obésité. Toutes ces conditions augmentent le risque de complications dues à une nouvelle infection à coronavirus et à la mort.

Bien que certaines personnes présentant des comorbidités aient 60 ans ou plus – le groupe des personnes âgées – beaucoup ont entre 18 et 59 ans et peuvent appartenir au groupe des professionnels de la santé.

La couverture vaccinale des personnes âgées et des professionnels de santé n’étant pas encore satisfaisante, nombre d’entre eux n’ont pas encore été vaccinés. Et pour les 18-59 ans, qui ne font pas partie d’une autre population prioritaire déjà vaccinée, la perspective d’une vaccination est encore incertaine, selon les chercheurs.

vaccination lente

Le 27 mai, le ministère de la Santé a modifié le plan opérationnel de vaccination contre le Covid-19, déterminant une nouvelle stratégie de vaccination, selon le groupe d’âge par ordre décroissant d’âge.

Et il a décidé d’aller de l’avant, par rapport à l’ordre établi précédemment, les travailleurs de l’éducation à tous les niveaux d’enseignement dans les secteurs public et privé, estimés à 3,4 millions de personnes par le gouvernement fédéral, c’est-à-dire qu’ils exigent 6,8 millions de doses de vaccins.

« Pendant ce temps, la vaccination, ainsi que l’enregistrement des informations sur les doses appliquées, continuent d’être lentes voire bloquées dans de nombreux endroits, démontrant des difficultés à atteindre les populations les plus vulnérables préalablement définies par le ministère de la Santé.

Le nombre de personnes vaccinées dans d’autres groupes prioritaires est également préoccupant

41 % des personnes âgées de plus de 80 ans n’ont pas terminé la deuxième dose. Dans cette population, il n’y a eu qu’une augmentation de 4 % de la couverture de la deuxième dose au cours de la semaine dernière.

41 % des personnes âgées de plus de 80 ans n’ont pas terminé le
deuxième dose. Dans cette population, il y a eu une augmentation de seulement 4 % des
couverture de la deuxième dose au cours de la semaine dernière.

33 % des professionnels de la santé n’ont pas encore été vaccinés contre
la deuxième dose. Dans cette population, il y a eu une augmentation de seulement 3 % des
couverture de la deuxième dose au cours de la semaine dernière.

37 % des personnes âgées de 70 à 79 ans n’ont pas encore reçu la deuxième dose. Il n’y a eu qu’une augmentation de 7 % de la couverture de la deuxième dose au cours de la semaine dernière dans ce groupe.

Plus de 3,8 millions de personnes qui ont pris la première dose de vaccin Coronavac n’ont pas encore reçu la deuxième dose, même après les 28 jours recommandés entre une dose et une autre.

Plus de 560 000 personnes ayant reçu la première dose de vaccin Covishield (AstraZeneca-Oxford) n’ont pas encore pris la deuxième dose, compte tenu de l’intervalle recommandé de 90 jours entre les deux doses.

Des difficultés

Jusqu’au 25 mai, 56,5 millions de doses avaient été appliquées dans le pays, soit 65% du vaccin CoronaVac. Parmi la population âgée de 60 à 69 ans, 79 % avaient reçu la première dose du vaccin et seulement 25 % la seconde ; de 70 à 79 ans, 91 % ont reçu une dose et 73 % ont terminé la deuxième dose ; et parmi les personnes âgées de 80 ans et plus, 92 % ont été vaccinées avec la première dose et 59 % avec la deuxième dose.

Les difficultés récentes de distribution des doses de vaccins CoronaVac et Covishield (AstraZeneca-Oxford) freinent les progrès de la couverture vaccinale à deux doses dans le pays. Il est urgent d’élargir l’approvisionnement en vaccins et d’adopter des mesures de recherche active, de convocation et de garantie de l’accès des groupes prioritaires à une vaccination complète, avec deux doses », indique un extrait du rapport.

Vous pourriez également aimer...