Le Brésil

STF rejette les demandes et libère la Copa América au Brésil

São Paulo – La Cour suprême (STF) a décidé jeudi (10) de rejeter les demandes d’annulation de la Copa América au Brésil et le tournoi a été confirmé pour débuter ce dimanche (13), réunissant des délégations et des professionnels de la presse de dix pays. La finale est prévue le 10 juillet. Jeudi également, Ambev, Mastercard et Diageo ont annoncé le retrait de leurs logos du championnat continental des équipes nationales.

La session était virtuelle et a jugé deux actions, toutes deux rejetées à une pleine majorité. L’allégation de non-respect d’un précepte fondamental (ADPF) 849, par la Confédération nationale des travailleurs de la métallurgie (CNTM), et le bref de Mandamus (MS) 37933, par le PSB et le député fédéral Júlio Delgado (PSB-MG) ont été examinés .

Les deux actions ont fait valoir que le tournoi présente des risques pour la santé publique face à la pandémie. Le PSB a déclaré que la « permission » ou la « facilitation » du gouvernement pour mener à bien l’événement représente une « imprudence » et une « négligence » de la part des autorités au milieu de la phase la plus aiguë de la pandémie. La CNTM rappelle que la venue de délégations étrangères au Brésil augmente le risque de propagation du covid-19 dans le pays.

Rapports contraires

La ministre Carmen Lúcia était le rapporteur des deux actions, émettant un avis contraire aux deux. Marco Aurélio Mello, Gilmar Mendes, Dias Toffoli, Rosa Weber, Luiz Fux, Roberto Barroso et Nunes Marques ont accompagné le rapporteur dans les deux décisions. Ricardo Lewandowski allait dans le même sens, mais il émettait des réserves dans l’opinion sur l’action des métallurgistes.

Alexandre de Moares a également suivi avec réserves le rapport dans l’action de la CNTM, mais s’est écarté de celui du PSB votant en faveur de la demande de bref de mandamus. Edson Fachin, d’autre part, a suivi Carmen Lúcia dans les métallurgistes et n’était pas d’accord sur le bref de mandamus.

plan de sécurité

Ricardo Lewandowski a déclaré qu’il est nécessaire que les gouvernements fédéral, étatiques et municipaux liés à l’événement présentent, dans les 24 heures, un plan pour le déroulement sûr de la compétition. La Copa América se jouera dans quatre villes : Rio de Janeiro, Cuiabá, Goiânia et Distrito Federal.

Le ministre a déclaré que l’annonce de la contestation des jeux continentaux dans le pays a suscité la perplexité. « Il est clair que la décision d’organiser la Copa America 2021 au Brésil a été prise par le gouvernement fédéral et, soi-disant, par certaines entités infranationales, dans un délai extrêmement court, c’est-à-dire juste avant son inauguration, malgré le risque de faire face à un troisième vague de la pandémie (…), avec la perspective de son aggravation dans le pays.

Il a ajouté que « la manière soudaine dont l’organisation de la Copa America 2021 dans notre pays a été annoncée révèle, du moins à première vue, que la décision a été prise sans le soutien nécessaire en preuves techniques, scientifiques et stratégiques ». Pour le ministre, il semble que la décision « n’ait pas été fondée sur des études antérieures ou sur des consultations avec d’autres acteurs nationaux voire internationaux impliqués dans la lutte contre la maladie », comme l’Organisation mondiale de la santé ».

pas de logo

Mastercard a déclaré avoir choisi de ne pas « activer » le parrainage en Copa América. Ainsi, il a retiré le logo des stades, des écrans, des interviews et d’autres éléments du tournoi. Cependant, la société a ajouté qu’elle honorera le contrat, c’est-à-dire qu’elle continuera à financer la compétition. C’est la première fois que Mastercard prend une telle décision depuis qu’elle a commencé à sponsoriser le championnat en 1992.

Ambev, propriétaire des marques de boissons Brahma, Skol, Antartica, Budweiser, Corona et Stella Artois, et Diageo (Smirnoff et Tanqueray), ont également fait savoir. Seule la brasserie a toutefois précisé qu’elle continuerait à payer le sponsoring convenu avec la Confédération sud-américaine de football (Conmebol), organisatrice de la compétition.

La Copa America est une « provocation »

Pour le politologue et membre de l’Institut des avocats brésiliens (IAB) Jorge Rubem Folena, le président Jair Bolsonaro, directement responsable du transfert de la Copa América au Brésil, utilise le tournoi comme une provocation. Une fois de plus, il est contre les mesures de distanciation nécessaires pour contenir la transmission de la maladie. Le pari est de créer « un état de chaos », instaurant une « confrontation politique constante ».

Dès l’annonce de la tenue du championnat dans les champs nationaux, un mouvement des joueurs de la Seleção a émergé, qui a d’abord été perçu comme une sorte de menace de boycott. La preuve a pris fin dès qu’elle a été confirmée la destitution du président de la Confédération brésilienne de football (CBF), Rogério Caboclo, en vertu d’allégations de harcèlement sexuel. Bientôt, les joueurs ont signé une note disant qu’ils joueraient sous réserve.


Lire aussi

Vous pourriez également aimer...