Le Brésil

Tout le monde a besoin de la 3e dose pour se protéger de la variante omicron

São Paulo – Dans la situation actuelle de la pandémie de covid-19 au Brésil, avec l’avènement de la variante ômicron, la prudence et le bon sens recommandent aux grandes villes, comme Rio et São Paulo, d’annuler le carnaval des écoles de samba. Avant de penser à enfiler le costume et à sortir à l’école du cœur, les gens devraient penser à se faire vacciner, car l’évolution de la pandémie ne peut pas encore être prédite. « J’ai eu et ai encore beaucoup de mal à faire des projections à moyen terme dans la pandémie. Parce que c’est toujours une surprise. Vous êtes peut-être dans un très bon moment, et bientôt quelque chose apparaîtra », prévient Raquel Stucchi, spécialiste des maladies infectieuses à l’Université d’État de Campinas (Unicamp), consultante pour la Société brésilienne des maladies infectieuses.

« Je pense que le carnaval des écoles de samba, comme les blocs du carnaval, devrait être annulé, en raison du moment épidémiologique que nous vivons. Un responsable ne peut pas permettre qu’un défilé scolaire soit bondé. Le médecin précise que cette opinion n’a rien à voir avec le Carnaval lui-même, en tant que fête populaire. « J’adore ça, et j’ai défilé plusieurs fois, mais il y a de l’agglomération à l’aller, au retour, dans la dispersion… On n’est pas dans une période qui permet d’avoir ce type de fête », prévient-il.


• São Paulo annule le carnaval de rue, mais maintient le défilé scolaire. « Covid est de retour avec tout »


La variante omicron semble avoir démontré en Afrique du Sud, où elle est apparue, que son onde se propage aussi vite qu’elle se refroidit. Et que, malgré une propagation impressionnante, chaque infecté infectant six autres personnes, provoquant une croissance exponentielle, les personnes qui attrapent Omicron seraient entre 50% et 70% moins susceptibles d’être hospitalisées.

Mais il y a d’autres variables, principalement la vaccination. Parmi les personnes hospitalisées pour covid-19 à Rio de Janeiro, selon les données publiées mercredi dernier (12), 90% n’ont pas terminé le calendrier de vaccination. En Grande-Bretagne, 90% des personnes admises en réanimation n’ont pas été vaccinées contre le Covid-19.

Certains experts estiment que l’omicron, avec ces caractéristiques, pourrait être le début de la fin de la pandémie. Raquel Stucchi prône la prudence. « Nous espérons que l’onomicron se comportera ici de la même manière qu’en Afrique du Sud. En quatre ou cinq semaines, il y a une augmentation significative du nombre de cas et de transmission, puis il commence à baisser », dit-il. « Cependant, comme la transmission est exponentielle, nous sommes inquiets. Dans une période de sept semaines, deux mois, on peut avoir un très gros engagement du système de santé. »

Découvrez l’interview de Raquel Stucchi à la RBA

Il n’y a pas de consensus parmi les experts sur l’omicron. Certains disent que cela pourrait signifier la fin de la pandémie et d’autres que cela ne peut pas être dit. Votre attente est-elle optimiste ou pessimiste ?

Nous espérons que l’onomicron se comportera ici de la même manière qu’en Afrique du Sud.En quatre ou cinq semaines, il y a une augmentation significative du nombre de cas et de transmission, puis il commence à baisser. Il semble qu’au Royaume-Uni, cela tende également à une baisse des cas. Cependant, comme la transmission est exponentielle, nous sommes inquiets. Dans une période de sept semaines, deux mois, on peut avoir un très gros engagement du système de santé.

Bolsonaro a retardé la vaccination des enfants, ainsi que des adultes

Notre campagne de vaccination est un succès, et nous agissons comme si nous avions plus de 80% de la population entièrement vaccinée, mais ce n’est pas le cas. Si l’on considère que, pour l’omicron, il faut trois doses, notre pourcentage de personnes complètement vaccinées avec trois doses de plus de 18 ans est très faible. Cela nous inquiète car dans cet intervalle de sept semaines, nous pouvons voir des moments très difficiles, comme l’année dernière.

La variante se propage très rapidement, mais le risque d’hospitalisation est moindre, semble-t-il…

Il est vrai que, par rapport à Delta, le risque d’hospitalisation est moindre et les cas moins graves. Mais quand on a un très grand nombre de personnes infectées, même si la proportion de cas graves est plus faible, on finit par avoir beaucoup de monde.


« J’aimerais que la variante omicron soit vraiment la dernière variante. Mais je suis un peu sceptique là-dessus. Le temps pour chacun d’attraper la maladie est un temps qui, avec la circulation du virus, contribue à l’émergence de nouvelles variantes »


En dehors de cela, il est difficile de soigner des personnes qui ont besoin d’être soignées pour d’autres maladies, des crises cardiaques, etc.

Les affections aiguës, comme une crise cardiaque, finissent par être traitées. Le problème, ce sont les maladies qui sont également graves, mais pas urgentes, comme les cancers, par exemple, la chirurgie du glaucome, les cataractes. Tout cela est reporté. Il s’agit de personnes dont le traitement a été reporté de près de deux ans. Rio de Janeiro doit à nouveau suspendre la chirurgie élective. Cela m’inquiète beaucoup. Sans oublier la santé physique et mentale des professionnels de santé.

Qui ont été les plus sacrifiés et les héros de cette ligne de front pendant près de deux ans…

C’est un travail qui demande beaucoup d’équilibre émotionnel et physique. Les pertes sont nombreuses, et y faire face chaque jour, en modifiant les heures et les heures de travail, n’est pas facile.

L’omicron pourrait-il être le début de la fin, comme le pensent certains experts ?

J’aimerais que ce soit le cas. Que l’omicron était vraiment la dernière variante. Mais je suis un peu sceptique là-dessus. Celui qui défend cette idée, c’est parce que l’Ômicron arrive comme un chalutier, « il n’y aura pas moyen de le contourner, tout le monde l’aura et nous sommes déjà protégés ». Mais on sait que le temps pour chacun d’attraper la maladie est un temps qui, avec la circulation du virus, contribue à l’apparition de nouvelles variantes. Et on ne connaît pas la caractéristique d’une nouvelle variante, si elle sera plus ou moins sévère, plus ou moins transmise.

Deuxièmement, avec l’omicron, nous avons vu qu’avoir déjà eu le covid ne vous donne pas de protection, ce qui met fin au concept d’immunité collective, ce qui n’existe donc pas pour le covid. Je pense donc qu’il est optimiste de dire que cela signifiera la fin de la pandémie. J’espère qu’ils ont raison et que j’ai tort.


« Pour ceux qui ne sont pas complètement vaccinés, la variante omicron peut provoquer une maladie grave, oui. Si vous avez déjà quatre mois après la deuxième dose, faites la troisième. Nous avons besoin de la troisième dose pour faire face à la variante ômicron »


Enfin, nous commencerons à vacciner les enfants. Mais comme toujours, le gouvernement retarde la vie des gens et compromet la santé, maintenant des enfants..

Non seulement retarder, car nous aurions pu faire vacciner la plupart des enfants, si nous avions acheté les vaccins quand Anvisa l’a autorisé (en décembre), mais le gouvernement a encore fait plus que retarder, comme pour les adultes. Il parle contre le vaccin, remet en question la sécurité, encourage les gens à douter de la nécessité de vacciner les enfants. Nous savons que la population brésilienne aime les vaccins, nos campagnes de vaccination ont toujours été couronnées de succès, le programme national de vaccination est le meilleur au monde.

Êtes-vous favorable à la tenue d’un carnaval des écoles de samba ?

Non. Parce que c’est toujours une surprise. Vous pouvez être dans un très bon moment et bientôt quelque chose apparaîtra. Je pense que le carnaval des écoles de samba, comme les blocs de carnaval, devrait être annulé, en raison du moment épidémiologique que nous vivons. Un gestionnaire ne peut permettre l’agglomération d’un défilé scolaire. J’adore ça, j’ai défilé plusieurs fois, et il y a de l’agglomération à l’aller, au retour, dans la dispersion… On n’est pas dans un moment qui le permet. En dehors de ce qui attire les gens dans les villes avec le carnaval, les touristes et tout. J’espère qu’il sera annulé cette année.

Vous souhaitez ajouter un message à la population concernant la pandémie ?

On a déjà vu, dans les données de l’hémisphère nord et de Rio de Janeiro, rendues publiques hier, que 90 % des personnes hospitalisées ne sont pas vaccinées ou ont une vaccination incomplète. Pour ceux qui ne sont pas totalement vaccinés, l’ômicron peut provoquer une maladie grave, oui. Si vous avez déjà quatre mois après la deuxième dose, faites la troisième. Nous avons besoin de la troisième dose pour faire face à la variante ômicron.


Lire la suite

Vous pourriez également aimer...