Le Brésil

Tuitaço fait pression pour annuler les vetos de Bolsonaro aux lois Aldir Blanc et Paulo Gustavo

São Paulo – Des artistes, des travailleurs du secteur culturel et des politiciens ont publié un tweet ce vendredi après-midi (1er) pour exiger l’abrogation des vetos du président Jair Bolsonaro aux lois soutenant la culture. LA hashtag #DrubaVetosdaCultura figurait parmi les termes les plus commentés sur Twitter. Le Congrès national devrait tenir une session conjointe, mardi prochain (5), pour analyser les vetos présidentiels. Parmi les articles, deux font référence au secteur : la loi Aldir Blanc 2 (PL 1 518) et la loi Paulo Gustavo (PLC 73). Une fois les veto annulés, ils seraient automatiquement promulgués, garantissant une victoire majeure pour le secteur. De plus, ce serait une autre défaite imposée au gouvernement.

« En 2020, le pôle Culture a perdu 1 million d’emplois et c’est avec Aldir Blanc que 400 000 emplois ont été récupérés l’année suivante. Mais cela ne sensibilise pas Bolsonaro », a critiqué le député Ivan Valente (Psol-SP). « Toute tentative de mobilisation pour maintenir le veto sera une attaque contre les artistes, les producteurs, les techniciens, les artisans, et tous ceux qui œuvrent à la promotion, à la diffusion et à la préservation de la Culture », a souligné le député Alexandre Padilha (PT-SP).

« Les travailleurs culturels ne peuvent plus attendre », a déclaré la députée Natália Bonavides (PT-RN). De la même manière, la députée Jandira Feghali (PCdoB-RJ) a souligné qu’« il est temps de renverser les vetos de la culture ». « La culture est la mémoire, l’identité et l’histoire de notre peuple, qui ne peuvent être réduites au silence, effacées et attaquées par ceux qui craignent le pouvoir et le savoir du peuple », a ajouté José Guimarães (PT-CE).

« Au Brésil, le secteur culturel emploie près de 5 millions de travailleurs et correspond économiquement à environ 4 % du PIB national. Collaborer à la restructuration du secteur post-pandémie est urgent », a expliqué Sâmia Bomfim (Psol-SP). « La culture est un droit fondamental », a commenté Alice Portugal (PCdoB-BA), en participant au tweet pour la culture brésilienne.

Confirmez plus de publications du tweet :

Les propositions

La loi Paulo Gustavo, approuvée en mars, alloue 3,9 milliards de reais du Fonds national de la culture aux États et aux municipalités pour investir dans des projets culturels. Le mois suivant, cependant, Bolsonaro y a opposé son veto. Il affirme que le projet crée des dépenses soumises au plafonnement des dépenses, sans présenter de mesures compensatoires.

La loi Aldir Blanc 2, approuvée le même mois, prolongerait de cinq ans les avantages de la politique de promotion de la culture créée en 2020, allouant 3 milliards de reais par an au secteur. Dans le cadre du projet, 80 % des ressources seraient allouées aux avis publics, appels publics, cours et activités sur Internet, en plus de l’entretien des espaces culturels. 20 % supplémentaires pour les programmes de démocratisation de l’accès à la culture. De même, Bolsonaro a annoncé le veto de la proposition en mai.

Ainsi, pour passer outre les vetos, la majorité absolue des voix des députés (257) et des sénateurs (41) est requise. A la Chambre, la loi Aldir Blanc 2 est votée par 378 voix. La loi Paulo Gustavo a obtenu un soutien encore plus important – 411 voix. Au Sénat, les votes ont été pratiquement unanimes. En ce sens, les scores indiquent le renversement probable des vetos.

Vous pourriez également aimer...