Le Brésil

Un événement à l’IEA-USP discute de la relation entre les femmes, la race et la technologie – #Jornal da USP

Le 12 juillet à 16 h, l’Institute for Advanced Studies (IEA) de l’USP organisera sa deuxième rencontre intercathédrale, appelée Femmes, race et technologie. Le symposium vise à discuter de la façon dont les outils numériques contribuent à la perpétuation des préjugés et des actes discriminatoires et, pour cela, aura la participation de l’écrivain Conceição Evaristo, l’une des voix les plus importantes de la littérature brésilienne contemporaine et nouveau titulaire du Olavo Setubal de Chaire Arte, Culture et Science, de l’IEA, et la sociologue Ruha Benjamin, professeure au Département d’études afro-américaines de l’Université de Princeton (États-Unis).

Le lien entre le développement informatique et les questions raciales est le sujet du livre Race After Technology : outils abolitionnistes pour le nouveau code Jim (« Race After Technology: Abolitionist Tools Against the New Jim Code », en traduction libre), publié en 2019 par Ruha Benjamin – il s’agit d’une référence au « Jim Crow », un ensemble de lois étatiques et locales qui imposaient la ségrégation dans le sud des États-Unis pendant une partie des XIXe et XXe siècles.Le livre de Ruha Benjamin dialogue avec cette idée de nouvelles formes de ségrégation qui perpétuent le racisme. Le concept du « nouveau Jim Code » soutient que nous utilisons quotidiennement de nouvelles technologies qui reflètent et reproduisent les inégalités. Benjamin est également le fondateur du Ida B. Wells Just Data Lab, qui réunit des artistes, des étudiants, des éducateurs et des militants et cherche à développer une approche plus critique de la production et de la circulation des données.

Conceição Evaristo participe activement aux mouvements de valorisation de la culture noire brésilienne – en 1996, l’écrivain est devenu maître en littérature brésilienne à la PUC-Rio, avec sa thèse Littérature noire : une poétique de notre afro-brésilité. Parmi ses œuvres les plus connues figurent les nouvelles et les poèmes publiés dans la série cahiers noirsdes années 1990 ; Poncia Vicencio, roman de 2003 ; et yeux d’eau, livre de 2015 qui lui a valu un prix Jabuti. Dans l’œuvre littéraire de Conceição, l’utilisation du métalangage est courante, et l’un de ses termes les plus connus est « escrevivência », une fusion des mots écriture et expérience. « Escrevivência », pour elle, est un concept d’écriture qui fictionnalise l’expérience d’un sujet profondément lié à la collectivité. Ce sont des portraits de la vie quotidienne qui apportent des réflexions profondes sur les inégalités, mais qui non seulement dénoncent l’oppression raciale et de genre, mais récupèrent également l’ascendance noire. « Je ne suis pas né entouré de livres, je suis né entouré de mots. Mon exercice d’oralité, mon enchantement avec le mot, avec les sons du mot et avec ce que le mot pouvait signifier, sans l’ombre d’un doute, marquent ma littérature », a-t-elle dit au Revue USP récemment (lire ici).

Vous pourriez également aimer...