Le Venezuela

Un procureur nommé pour enquêter sur le nouveau ragoût de Guaidó dans les Caraïbes

Le procureur général de la République, Tarek William Saab, a rapporté ce jeudi qu'il avait nommé le 67ème procureur à juridiction nationale, pour ouvrir une enquête après un nouveau ragoût de l'autoproclamé, Juan Guaidó avec des biens de l'Etat dans les Caraïbes (Petrocaribe).

William Saab, a déclaré qu'il s'agissait "d'un nouvel acte de piraterie criminelle contre le Venezuela au profit personnel de quelques apatrides qui, tout en devenant riches, font souffrir le peuple vénézuélien".

En ce sens, le procureur général a détaillé la procédure qu'ils menaient, car, a-t-il commenté; diriger un nouveau vol d'actifs dans le pays, en particulier dans les associations vénézuéliennes de Petrocaribe.

Depuis samedi 14 septembre dernier, nous avons pu prendre connaissance de la collecte de pots-de-vin pour la signature d'un contrat destiné à accorder des pouvoirs à un consortium d'entreprises basé à Miami, dont l'objectif était de «voler les actifs du pays à l'étranger et de les mettre au service de ce groupe de criminels », a indiqué le procureur.

Dans la plainte, a-t-il déclaré, il y a l'existence que le Caribbean Recovery Assets Consortium (CRA), composé des sociétés Lock in Capital et Global Risk Management, dont les administrateurs sont des citoyens Jorge Reyes et Pedro Antar, a présenté (Juan) Guaidó une hypothèse. contrat pour s'approprier illégalement une quantité importante d'actifs.

«En plus des comptes débiteurs et autres actifs détenus par le pays qui sont répartis dans 19 pays qui font partie de l'alliance Petrocaribe», a déclaré William Saab.

Il a souligné depuis le siège du ministère public à Caracas, que lors des négociations, les représentants de Guaidó ont demandé un paiement de 750000 dollars américains, pour l'attribution du contrat susmentionné, ainsi que le gain d'au moins 18% de tout ce qui pourrait être dépouillé État vénézuélien.

Les responsables de la conduite de ces négociations sur les instructions de Guaidó ont indiqué que c'est Fernando Javier Blasi-Blanchard, directeur des affaires commerciales de l'ambassade illégale et illégale du Venezuela aux États-Unis, qui fait l'objet d'une enquête.

Outre Magin Eduardo Blasi-Blanchard, frère de Fernando Javier Blasi-Blanchard et matériel responsable de la réalisation de la collection.

Entre autres impliqués, il a souligné qu'ils apparaissent; Javier Leonardo Troconis, commissaire présidentiel chargé de la gestion et du recouvrement des avoirs, osé Ignacio Hernández González, ancien avocat nommé illégalement par Juan Guaidó; Luis Augusto Pacheco Rodríguez, président d'un conseil d'administration ad hoc fictif de Petróleos de Venezuela.

"La société Caribbean Recovery Assets (CRA), détenue par Lock In Capital et Global Risk Management, représentée par Jorge Reyes et Pedro Antar, est également impliquée dans ce réseau visant à voler les actifs du pays à l'étranger", a-t-il déclaré.

Tous deux font l'objet de graves accusations d'activités illégales aux États-Unis et dans d'autres pays. "L'un a été sanctionné pour fraude aux investisseurs et l'autre semble lié à une enquête pour blanchiment d'argent en raison d'exportations frauduleuses de l'Equateur vers le Venezuela en utilisant le SUCRE", a-t-il souligné en appelant les autorités américaines à poursuivre contre eux.

"Cette affaire concerne une nouvelle version du contrat signé par Guaidó et Juan José Rendón avec Jordan Goudreau pour envahir le Venezuela avec une armée de mercenaires", a déclaré le procureur.

Il y a un vrai gouvernement, a fait valoir William Saab, à la recherche d'alternatives aux sanctions «et il y a un gouvernement fictif dédié au vol, à l'extorsion, qui s'enfonce chaque jour dans la boue».

Vous pourriez également aimer...