Le Brésil

Une opération policière à Rio laisse un « scénario de guerre » et fait 22 morts

São Paulo – Sous prétexte de rechercher les chefs du Commandement rouge (CV) qui se cachaient dans la communauté, des agents du Bataillon d’opérations spéciales (BOPE), de la Police fédérale des autoroutes (PRF) et de la Police fédérale (PF) se sont mis en route « le plus grand carnage de l’année » à Rio. Depuis environ 4 heures du matin mardi (24), lorsque la violente opération policière a commencé à Vila do Cruzeiro, au nord de la ville, au moins 22 personnes ont été tuées, selon une mise à jour des informations à 18 heures – aucune d’entre elles n’était de la police officiers. .

Les habitants rapportent un « scénario de guerre » avec des tirs intenses. Au moins 11 écoles du réseau municipal ont dû suspendre les cours en raison de l’opération, selon le secrétaire municipal à l’éducation. Vidéos enregistrées par le journal Voix des communautés, montrait un hélicoptère blindé de la Police militaire (PM) soutenant les agents au sol. Parmi les morts figure Gabriele Ferreira da Cunha, 41 ans, qui a été touché par une « balle perdue ».

L’ombudsman général du Bureau du défenseur public de Rio de Janeiro, Guilherme Pimentel, a protesté contre l’opération, déclarant que « de telles actions ne seraient jamais tolérées dans les quartiers huppés de la ville. Et il faut aussi qu’ils ne soient plus tolérés dans les favelas de Rio de Janeiro », a-t-il contesté.

« Personne ne mérite de vivre ça. Ces opérations policières dans les favelas mettent en danger la vie de toute la population, entravent le fonctionnement des services publics et du commerce, empêchent des milliers de personnes de partir travailler et étudier, dépensent beaucoup d’argent et ne résolvent absolument aucun problème de sécurité .” , a déploré Pimentel.

exécution sommaire

La police affirme que les 12 autres personnes tuées – qui n’avaient pas encore été identifiées au moment de la rédaction – étaient impliquées dans des activités criminelles. La société affirme également avoir été abattue lors du démarrage d’une «opération d’urgence» dans la communauté.

L’argument a attiré l’attention de la conseillère Tainá de Paula (PT) qui a remis en question la reproduction de la justification par les médias sur son Twitter. « Quand le Code pénal brésilien a-t-il tellement changé que j’ai perdu le point qui permet l’exécution sommaire, les gens? ». « Dix personnes exécutées en plein jour, des habitants mourant de balles perdues et les médias le traitant normalement », a-t-il critiqué.

Le parlementaire s’est rendu dans la communauté et a rapporté avoir vu des « scènes de guerre ». « Près d’une centaine de mères et de membres de la famille recherchent des nouvelles des disparus. Nouvelles de cadavres et de blessés dans les bois ». Tainá a également demandé des comptes au gouverneur de Rio, Cláudio Castro (PL). « La normalisation de la barbarie que vit la favela fait partie de la politique de mort de l’État », a-t-il commenté.

Vers 12h00, les coups de feu ont repris dans la région et un policier civil a été abattu au visage, portant à cinq le nombre de blessés.

Le plus gros carnage de l’année

L’Institut Fogo Cruzado, qui recueille des données sur la violence armée, a rapporté que cette opération policière conjointe est déjà « le plus grand massacre de l’année jusqu’à présent » dans la région du Grand Rio, faisant référence à cette année. Jusqu’à aujourd’hui, le plus gros avait également été commis à Vila do Cruzeiro. En février, une action similaire du Premier ministre et du PRF a causé la mort de neuf personnes. « Regards rejouermais ce n’est pas le cas », a écrit l’Institut Fogo Cruzado.

Écrit par : Clara Assunção

Vous pourriez également aimer...