Venezuela : Machado continue la course à la présidentielle et accuse Maduro de violer les accords

Le candidat de l’opposition vénézuélienne Maria Corina Machado lundi, il a accusé le président Nicolas Maduro de violation des accords de la Barbade qui établissaient la feuille de route électorale entre les délégations du gouvernement vénézuélien et l’opposition et a affirmé qu’il était toujours en lice malgré le fait que la Cour suprême ait ratifié sa disqualification de l’exercice de fonctions publiques.

« Que Maduro le veuille ou non, il devra se mesurer à moi »Machado a déclaré lors d’une conférence de presse. La Cour suprême de justice, contrôlée par le gouvernement, a confirmé vendredi l’interdiction de l’ancienne parlementaire d’exercer des fonctions électives qui lui a été imposée par le Bureau du Contrôleur général, également aux mains du parti au pouvoir.

Au Venezuela, la déchéance politique est une sanction accessoire qui est appliquée lorsqu’il y a une décision judiciaire définitive concernant un acte punissable commis par une personne et qu’il est déterminé qu’en outre, elle a commis un abus de pouvoir ou de position, entre autres cas prévus. pour les lois locales. .

La Cour suprême et d’autres agences d’État ont pris des décisions similaires pendant des années contre plusieurs des rivaux les plus populaires du parti au pouvoir. Plusieurs partis d’opposition ont également été déclarés illégaux.

Machado, 56 ans, a remporté les primaires présidentielles de l’opposition en octobre avec plus de 90% des voix. Sa victoire est intervenue malgré l’annonce par le gouvernement de sa disqualification quelques jours seulement après son entrée officielle dans la course.

« Maduro ne choisira pas le candidat » de l’opposition pour les élections présidentielles prévues pour le second semestre 2024, a déclaré Machado, qui ne reconnaît pas la disqualification et a continué à faire campagne en arguant qu’il n’a jamais reçu de notification officielle de l’interdiction.

« Le peuple a déjà choisi son candidat » a déclaré l’ancien législateur. «Ils n’ont pas tenu parole, ils ont inventé des documents et rendu une décision qui ne peut pas être qualifiée de jugement. C’est ce qu’on appelle la délinquance judiciaire.

Machado, qui ne reconnaît pas sa disqualification et espère qu’elle sera finalement annulée, a pu participer aux élections primaires parce qu’elles ont été organisées par une commission indépendante et non par les autorités électorales vénézuéliennes.

Gerardo Blyde, chef de la délégation de l’opposition qui a participé aux pourparlers de la Barbade en octobre, a exigé ce week-end l’annulation de la décision et a dénoncé la violation de l’accord conclu avec le gouvernement pour la tenue d’élections compétitives.

Machado a également remercié le soutien de la communauté internationale, dirigée par les États-Unis et l’Union européenne. Il a ajouté que oui « Il y a des négociations parce que tout le monde sait qu’au Venezuela il n’y a pas d’État de droit. La réponse ne se trouve pas dans les tribunaux, elle se trouve dans une négociation et cette négociation se réalise grâce à un équilibre des forces.

Le Département d’État américain a noté samedi que la disqualification de Machado « c’est incongru» avec l’engagement du gouvernement Maduro à organiser des élections présidentielles libres et équitables. Washington a souligné qu’il était « révision » la politique de sanctions contre le Venezuela suite à la décision du tribunal et aux récentes actions contre les critiques du gouvernement, notamment les membres de l’équipe de campagne de Machado, les militants des droits de l’homme et les journalistes.

Bien que l’assouplissement limité et temporaire des sanctions appliquées par Washington pour encourager les négociations soit menacé, le chef de la délégation officielle, Jorge Rodríguez, a nié la possibilité d’annuler la décision.

« Nous allons faire une nouvelle tentative pour maintenir l’Accord de la Barbade malgré les tentatives de ceux qui veulent sortir du canal constitutionnel »Rodríguez a déclaré lundi, en référence aux prétendues conspirations contre le gouvernement frustrées entre mai de l’année dernière et les premiers jours de 2024. Il a insisté sur le fait que le gouvernement Maduro a respecté le mécanisme établi dans le cadre de l’Accord de la Barbade.