Le Venezuela

Vision du jeu | Le football vénézuélien doit cesser d'être Lala pour refaire surface

Les vieux maux du football vénézuélien semblent incurables. L'histoire se répète encore et encore, et seuls les noms des équipes et des personnages changent. Des clubs qui sortent de nulle part avec la promesse d'élever des structures des catégories mineures, de former des talents et d'avoir un siège social avec des terrains disponibles pour la pratique du sport. C'est le rêve d'innombrables managers. Depuis les jours de la naissance du football vénézuélien avec Venzóleo, le premier à Caracas à avoir son propre terrain dans les environs de l'urbanisation de San Bernardino, et même une équipe de deuxième catégorie, jusqu'à aujourd'hui, lorsque la Fondation Lala traverse le route des illusions brisées.

Née en 2015 en tant que projet de sport social dans le but de soutenir les talents du football qui abondent dans la municipalité de Caroní, dans l'État de Bolívar, la Fondation Lala a parcouru avec succès la deuxième division, et l'année dernière, elle a atterri dans la première catégorie avec enthousiasme. typique des équipes qui voient un horizon très proche.

Mais la crise économique qui affecte l'économie mondiale, paralysée par la terrible pandémie de Covid-19, a mis fin à la fragilité des projets sportifs sans structures et financements solides.

Donc, comme tant d'équipes qui sont allées et venues dans le pays, la Fondation Lala ne peut aujourd'hui montrer que les dettes. Le conseil n'a été en mesure de payer que deux mois de salaire en 2020 et les joueurs ont été contraints d'exercer tout compromis hors du terrain pour survivre.

Il a été supposé que la licence de club requise par la Conmebol et la Fifa serait une alcabala pour les équipes sans capacité économique pour participer à des tournois professionnels.

Le problème avec la licence est que si la Fédération vénézuélienne de football applique strictement chacune des exigences, peu d'équipes peuvent vraiment continuer à concourir. Par conséquent, il est essentiel que l'idée de recréer une ligue de football professionnelle cesse d'être une promesse gazeuse et se consolide.

Quiconque souhaite fonder un club sportif et participer à des tournois de la Fédération vénézuélienne de football a le droit de le faire. Mais pour concourir professionnellement dans les première et deuxième divisions, il faut mettre fin aux projets fantaisistes de ceux qui jouent pour être propriétaires d'équipe et condamner les équipes à la misère.

En ces temps de récession mondiale, le football professionnel vénézuélien a la possibilité de se restructurer en profondeur. Pouvez-vous continuer à jouer une première division avec 19 participants? Une ligue professionnelle avec moins de membres ne serait-elle pas plus compétitive et plus rentable, capable de respecter les salaires convenus et de développer la préparation technique de tous les membres de l'équipe? Les joueurs n'auront-ils pas à s'organiser plus solidairement autour de la Fédération des Footballeurs pour défendre leurs droits?

La crise est l'occasion pour les joueurs de ne plus penser qu'au ballon et de prendre soin de leur avenir en temps utile. Être footballeur professionnel est un travail à haut risque, soumis aux vicissitudes des blessures, à un règlement pour mauvaise performance ou à l'opinion de l'entraîneur.

S'entraîner à exercer une autre activité sur ou hors du terrain doit également faire partie des obligations d'un joueur. Parmi les millions qui dans le monde entier se consacrent à botter le ballon, peu sont Messi, Cristiano ou Neymar. Le retrait est plus facile avec le pain sous le bras.

Tous les chemins mènent à Laureano

Le retour de Laureano González à la Fédération vénézuélienne de football est l'une des propositions qui entourent l'entité.

Le retour de l'ancien président aux rênes de la FVF pourrait emprunter deux voies. La Chambre électorale de la Cour suprême de justice pourrait déclarer la nullité des décisions prises lors de l'Assemblée générale de la FVF, tenue en mars dernier.

Par conséquent, la démission présentée par Laureano ne serait pas valable et il pourrait exercer à nouveau le poste dont il s'est séparé pour des raisons de santé. L'autre moyen est pour la FIFA de désigner, comme elle l'a fait dans l'Association de Trinité-et-Tobago, un comité de normalisation, qui aurait Laureano en charge. Dans ce cas, le Conseil d'Administration nommé par la FIFA assumerait les responsabilités du Conseil d'Administration de la FVF jusqu'à ce que les élections aient lieu en mars 2021 et que l'Assemblée Générale nomme les nouvelles autorités.

Une autre crise économique a créolisé les équipes

L'histoire des équipes apparues et disparues du football professionnel est très longue. De ces équipes coloniales qui ont donné du lustre à la première division des années 50 au début des années 80, il ne reste que leur souvenir.

Deportivo Portugués, Vasco, Italia, Galicia et Marítimo ont marqué la phase d'expansion et de récession d'un modèle de football importé de l'étranger qui a fait faillite, lorsque les politiques économiques des gouvernements de Rafael Caldera, Carlos Andrés Pérez, Luis Herrera et Jaime Lusinchi ont mené le pays à la faillite.

Le football vénézuélien a dû s'adapter aux temps nouveaux. C'était la fin pour les équipes de la colonie pleines de joueurs étrangers et le début pour de nouvelles organisations comme Mineros de Guayana, Caracas FC ou Deportivo Táchira ou Zamora, piliers de la gestation d'un football créole, plein de joueurs entraînés dans le pays qui ont magnifié cela le sport avec des stars qui brillent désormais à l'étranger.

Le développement et la consolidation de ces institutions ont rendu possible l'émergence de Staline Rivas, Juan Arango, Tomás Rincón, Wuilker Faríñez, Salomón Rodón, Yeferon Soteldo et tant de footballeurs créoles fabriqués au Venezuela.

Vous pourriez également aimer...