Le Brésil

Volks et le chemin de réparation robuste. «Nous avons perdu des batailles, mais pas toutes», explique Rosa Cardoso

São Paulo – Les négociations impliquant les procureurs, les anciens travailleurs et Volkswagen ont ralenti, mais elles semblent être les plus proches d'un accord entre les entreprises qui ont collaboré avec la dictature. L'obstacle semble être dans la façon dont cette réparation peut être effectuée. L'entreprise admettrait une compensation individuelle aux anciens employés persécutés pendant la période de la dictature civilo-militaire (1964-1985), mais elle exclut des actions telles qu'un mémorial.

«Volks veut effacer la mémoire», explique le coordinateur de l'IIPE (échange, information, études et recherche), l'ancien métallurgiste Sebastião Neto. Les parties impliquées dans la négociation croient en un résultat proche, pour la signature d'un terme d'ajustement de conduite (TAC), y compris le paiement de dommages et intérêts. L'initiative d'un mémorial, par exemple, pourrait être sous la responsabilité du député, mais avec les ressources de l'entreprise, à payer à la fin de l'action.

L'affaire Volks a fait l'objet d'une des trois tables de la fête des travailleurs, célébrée hier, virtuellement, en raison de la pandémie. En présence du procureur de la République Eugênia Gonzaga, ancien président de la Commission spéciale sur les morts et les disparus politiques, et de l'avocate Rosa Cardoso, qui était membre et commandant de la Commission nationale de vérité, le débat s'est tourné vers la difficulté de faire avancer la question de la mémoire. à la campagne. Mais Rosa a souligné au moins une victoire récente.

Le 24 juin, la 4e chambre du tribunal régional fédéral de la 4e région (TRF4) a confirmé une décision de justice inférieure et a rejeté une demande de la famille du général Leo Guedes Etchegoyen (1925-2003) de retirer le nom du soldat d'une liste de violateurs de droits de l'homme élaborés par la Commission de la vérité. La décision initiale a été prise par la juge Maria Isabel Pezzi Klein, du 3e Tribunal fédéral de Porto Alegre. "Il y a eu une magnifique phrase endossée par TRF4 et nous avons gagné", souligne l'avocat. "Nous avons perdu des batailles, mais pas toutes."

Loi d'amnistie

Rosa et Eugênia ont mentionné le fait que la justice rejette systématiquement les charges spécifiques contre les agents de l'État. Des tortionnaires, par exemple. Habituellement, ces décisions sont fondées sur la loi d'amnistie de 1979, que la Cour suprême fédérale (STF) a approuvée en 2010 – dans une action qui fait toujours l'objet d'un appel. "Nous avons perdu l'interprétation de l'amnistie en 2010. Une compréhension très mauvaise et très malveillante de cette question a été consolidée, ce qui a empêché les juges d'accepter les plaintes du ministère public", déplore Rosa Cardoso.

À la Commission de la vérité, qui a remis son rapport final en 2014, elle a coordonné le groupe de travail sur les attaques contre les travailleurs et les syndicats. Et il souligne que l'affaire Volks est loin d'être isolée. Des entreprises des secteurs public et privé ont collaboré à la répression. «En plus de la dictature, il y avait une dictature d'usine, une dictature au sein de la dictature. Beaucoup plus de vigilance, avec beaucoup plus de persécution, beaucoup plus d'étouffement des victimes que dans d'autres régions », dit-il.

C'est ce que dit Sebastião Neto, qui participe activement à ce débat. «La chose difficile, au Brésil, c'est (de savoir) quelle était la grande entreprise qui n'a pas activement collaboré», dit-il. Collaborer, se souvient-il, signifie «donner des informations, livrer des grévistes, faire ce qu'on appelait à l'époque listes noires, autoriser la prison dans l'usine ou désigner des personnes à arrêter chez elles ». Il existe une liste de près de 500 noms de travailleurs, dont 76 sur Volks, envoyés aux organes de répression. Avec cela, ils n'ont plus obtenu d'emploi.

Mémoire collective

Malgré une enquête qu'il juge plus «mature», Neto souligne un processus de négociation difficile avec le constructeur automobile, «parce que Volks insiste sur le report». L'entreprise accepterait de payer individuellement les travailleurs victimes de persécutions politiques. "Ce que Volks ne veut pas, c'est la mémoire collective", dit-il.

Le sociologue et journaliste allemand Christian Russau suit de près l'affaire au siège de Volkswagen. En 2017, il a sorti le livre Entreprises allemandes au Brésil: le 7 × 1 de l'économie (éditeurs Autonomia Literária e Elefante, 2017), qui met en évidence le poids des entreprises de ce pays dans le PIB industriel brésilien. En Europe, rappelle-t-il, l'Allemagne reste le principal partenaire commercial du Brésil. Il fait valoir qu'en plus d'enquêter sur son propre passé, l'entreprise assume une «responsabilité historique», s'excuse d'avoir collaboré avec la dictature brésilienne et verse une compensation.

Ce processus s'est poursuivi. Tout d'abord, Volks a affecté l'historien Manfred Grieger à la recherche. "Après un an et demi, il a été licencié, même aujourd'hui il ne connaît pas la raison officielle", se souvient Christian. Ensuite, le chercheur et professeur Christopher Kopper a été embauché, qui a préparé un rapport sur la participation de l'entreprise. Le journaliste mentionne également un documentaire réalisé il y a quelques années par la télévision publique allemande et diffusé au Brésil. "Cela a pesé lourdement sur l'opinion publique", se souvient-il. Le documentaire se concentre sur la figure de Lúcio Bellentani, arrêté en 1972 au milieu de l'usine Volkswagen de São Bernardo, avec l'aide de la société. Il est décédé en 2019.

La justice transitionnelle

L'entreprise ne nie pas les épisodes liés à la dictature, mais ne voit pas de participation institutionnelle de l'entreprise. Cette opinion est contestée par les travailleurs et d'autres chercheurs, comme Guaracy Mingardi, qui ont enquêté sur l'affaire Volks à la demande du ministère public fédéral.

Renvoyé («dans le mauvais sens», dit Neto) de la Commission spéciale en 2019, le procureur Eugênia estime que la question des Volks, entre autres, aurait déjà dû être judiciarisée. Indépendamment de la tentative d'accord qui est toujours en cours de négociation, avec la participation du député. "Cela ne s'est pas produit, mais cela a déjà eu un effet mondial." Elle pense même qu'une fois les mécanismes internes épuisés, l'affaire pourrait être portée devant les tribunaux internationaux. »

Elle estime qu'au moins une partie des difficultés rencontrées au Brésil est due à l'échec de la mise en œuvre de la soi-disant justice transitionnelle dans le pays, lors de la transition de la dictature à la démocratie. Le «pacte» qui a vu le jour à l'époque n'impliquait pas l'application de la loi (sanctions contre les agents de l'État), la mémoire. "Les institutions, les entreprises qui ont collaboré à cette violation de la légalité n'ont pas été inculpées", dit-il, y compris les médias dans cette relation.

Lire la suite

Vous pourriez également aimer...