Le Venezuela

Carupanazo, Porteñazo, OPEP, anti-OPEP et soucoupes volantes au temps de Rómulo Betancourt

Le 5 mai, éclate le coup d’État connu sous le nom de Carupanazo, son écrasement est couronné par le gouverneur Canache Mata de nombreuses exécutions, frappant une fois de plus les fondements moraux d’un gouvernement qui a fait son prestige en dénonçant les crimes de Marcos Pérez Jiménez.

Le gouvernement aimerait bien cacher les exécutions, mais quelqu’un a photographié la rangée de cadavres contre un mur vert improvisé et l’image apparaît sur la couverture du prochain numéro du magazine Elite. Des dizaines de milliers d’exemplaires arrosent le monde de la sanglante vérité. C’est que la chaîne de publications de Miguel Ángel Capriles est en guerre contre Betancourt du côté droit. Ainsi, les titres d’Últimas Noticias constituent une anthologie de l’ultraisme de droite qui devient fréquemment anti-adeco et putschiste, et les éditoriaux de La Esfera appellent à une croisade anticommuniste, qui accuse déguisé le parti AD. Le plus célèbre de ces textes s’intitule « Sauve-toi qui peut », c’est un éditorial signé par Oscar Yánez et qualifie pratiquement l’Action Démocratique de communiste. C’est un soi-disant coup d’État lopeciste aux colonels qui, il y a quelques années, ont reçu l’épée à l’école militaire du général Pérez Jiménez.

Il y a des guérilleros communistes dans les montagnes de l’état de Trujillo, à El Charal, à Falcón. Les patronymes aux résonances caudillesques semblent avoir la préférence de ceux qui choisissent les commandants guérilleros : Gabaldón, Manuitt, Urbina, Bravo. D’autres sont d’extraction plus récente : Petkoff. les usines américaines brûlent ; la Cité universitaire est une caserne de guérillas urbaines ; résidences universitaires, dépôt de fusils et de bombes. Le gouvernement torture. Eligio Anzola Anzola, que Pedro Estrada a interrogé avec la seule et efficace aide d’un tabac allumé, ordonne désormais d’innombrables tortures dans la région de Barquisimeto. Les conseillers nord-américains agissent sur tous les théâtres d’opérations militaires. Et El Porteñazo explose

L’énorme base navale de Puerto Cabello, la plus grande du pays, s’est prononcée contre Rómulo Betancourt le 2 juin 1962. Elle est le fruit d’un complot long et bien préparé, très bien défini idéologiquement, qui était déjà en cours à l’époque de Pérez Jiménez et il était actif sous terre le 23 janvier 1958. Il produira la première bataille avec l’utilisation d’armes modernes au Venezuela et le nombre élevé de morts correspondant. Militaire, elle est essentiellement communiste et est nuancée par les hommes de la grande bourgeoisie de Valence, une ville frustrée dans son potentiel industriel en raison de l’adhésion de Rómulo Betancourt aux lignes nord-américaines, abaissées par la CEPALC, qui a remplacé la véritable industrialisation qui faisait avancer Pérez Jiménez pour une pseudo-industrialisation de l’assemblage, la soi-disant « substitution à l’importation ». Les noms de famille des riches valenciens associés à cette rébellion communiste sont les mêmes qui, en raison de la maturation de beaucoup de choses, agiront contre Chávez en 2002. Puerto Cabello est le débouché naturel de Valence pour les exportations.

Le Dr José Antonio Giacopini Zárraga était à l’époque vice-président de Shell.Le premier jour de la rébellion, à dix heures du matin, il quitta une réunion de l’assemblée de Fedecamaras qui siégeait à Mérida et traversa en avion privé à vers onze heures sur la base navale de Puerto Cabello. Il a observé d’en haut le vol bas des avions de guerre bombardant la base. Les ripostes de ses batteries anti-aériennes ébranlent l’air et le fragile avion, qui poursuit sa route vers Caracas. Là, Giacopini a attendu la nouvelle, prêt à déménager au palais de Miraflores et à rejoindre une junte gouvernementale. Attente inutile. Sachant qu’un soulèvement qui dure plus d’une journée peut forcer toutes les garnisons du pays à prendre la parole, Betancourt avait ordonné de réduire le soulèvement de Puerto Cabello sans égard aux moyens ni à la population civile.

Uslar Pietri contre. Pérez Alfonzo et l’OPEP

Chacun tourne le Venezuela de son côté, et c’est ainsi que se déroule la polémique télévisée entre Arturo Uslar Pietri et Juan Pablo Pérez Alfonzo, ministre des Mines et des Hydrocarbures de Betancourt et grand promoteur de l’OPEP. C’est le choc entre les recettes keynésiennes, au pouvoir avec le parti Action Démocratique, et les libérales, qui n’utilisent toujours pas le préfixe complotiste « néo » à cette époque.

C’était assumer la polémique OPEP anti-OPEP. Uslar avait été très critique envers l’OPEP. Il exhibe son magnifique charabia déplorant l’absence de l’argent que les compagnies déversent dans les régions lors de leurs activités d’exploration, il critique les inconvénients que la politique de « plus de concessions » crée pour les compagnies pétrolières, une politique – Uslar ne dit pas que ou dit Pérez Alfonso, mais cela vaut la peine d’être rappelé – qui est, rappelez-vous, une demande de l’État nord-américain qui a besoin d’un petit diable qui harcèlerait les compagnies pétrolières au Venezuela pour qu’elles s’installent au Moyen-Orient, en surmontant la peur de Gamal Abdel Nasser. . Quelle est l’origine de la position d’Uslar ? Chacun doit l’imaginer.

Il y a une répression spéciale, elle est menée par des groupes armés qui n’existent pas officiellement, ce sont le « Sotopol » et le « Black Cobra », dirigé, ce dernier, par Salom Meza Espinoza. Il faut s’y arrêter. Il est constitué d’un secteur anarcho-syndicaliste dont la fondation vers les années 1930 fait écho au mouvement anarcho-syndicaliste de la guerre civile espagnole et qui rejoint à contrecœur le parti Action Démocratique. Anticommuniste, le groupe a survécu avec son propre profil discret au sein d’AD ; Elle a été grossie par les anarcho-syndicalistes espagnols qui, fuyant le triomphe de Franco et rejoignant la Légion des Caraïbes à la fin des années 1940, sont venus s’installer au Venezuela lorsque la Légion a été dissoute. Ils avaient été favorables à l’élimination de Pérez Jiménez avec sa cour de colonels au moyen de bombes, ce que Betancourt a empêché parce que cette « action directe » était en contradiction avec sa conception d’un parti de masse. Il en va de même pour les autres dictateurs des années 50. Ceux-ci tombés, les vieux vétérans survivent dans des appartements. Lors d’une réunion, ils évaluent le régime de Betancourt. Ce n’est pas révolutionnaire, concluent-ils, mais il ne semble pas y avoir de meilleur. Fortement antisoviétiques, ils détestent la révolution de Fidel Castro, qui de social-démocrate un peu radical est devenu communiste, allié de l’URSS et postule même une révolution communiste latino-américaine. Rien de tout cela ne peut être accepté par ces anarcho-syndicalistes proches de la CTV, l’organisation syndicale social-démocrate, filiale de l’AFL-CIO nord-américaine.

En grande affinité avec ce qui s’est passé aux États-Unis, au Venezuela, le keynésianisme betancouriste rapproche le niveau de vie des ouvriers de celui de la classe moyenne, et celui des dirigeants ouvriers de celui de la bourgeoisie. Avec Meza Espinoza, ils continuent d’être des syndicalistes —Delpino, Francisco Olivo, Antonio Ríos— et peut-être Jaime Lusinchi, un homme politique de l’Action démocratique très proche d’eux idéologiquement, avec une carrière médicale pratiquée moitié au Venezuela, moitié aux États-Unis, participera ., où il se lie d’amitié avec Armand Hammer, le propriétaire d’Occidental Oil. Salom Meza mourra en regrettant d’avoir contribué à sauver le régime de Betancourt, son ennemi personnel.

Un jour, le journal El Mundo a rapporté que les Russes avaient placé un bus spatial en orbite. Ça bouge peu au Venezuela et des nouvelles plus intéressantes, spatiales aussi mais d’une autre tessiture, publiée par Últimas Noticias, de descentes ou d’apparitions de soucoupes volantes. Particulièrement célèbre était celui qui a atterri dans un quartier de Petare et a émis un Martien avec une impulsion sexuelle. Sur la couverture du journal populaire est apparue la photo d’une belle brune d’environ 22 ans, qui montrait, dépliée, la culotte qu’elle portait lorsqu’elle a subi la visite du Martien. Sans l’enlever, le petit homme l’avait possédée, se bornant à couper le vêtement « à l’endroit approprié » à l’aide d’un instrument que la femme lésée décrivait comme allongé et émettant un rayon bleu au bout. Elle l’a vu quand elle s’est réveillée et l’a vu sauter vers son bateau, garé sur un matelas pneumatique dans la cour du ranch.

FALN. Clairon

Dans les rues courent les éditions de Clarín, le journal urredista-communiste agressif, petit et puissant qui a rendu les choses assez amères pour le gouvernement Betancourt. Il a été dirigé par Luis Miquilena, titulaire d’un programme révolutionnaire violent qu’il avait exposé dans les années de jeunesse du post-gomécisme et le 18 octobre 1945, lorsqu’il a demandé au président Isaías Medina Angarita, un parc d’armes pour combattre l’action démocratique avec le sang. et le feu. . Parfois, il dirigeait le journal José Vicente Rangel, alors éminent militant de l’URD. Grâce à Clarín, de nombreux combattants ont sauvé la vie, puisque chaque enlèvement ou meurtre commis à la Direction générale de la police ou dans ses délégations intérieures était intensément dénoncé. Avec Clarín, fréquemment visité par la police politique, La Pava Macha, un supplément humoristique dirigé par Kotepa Delgado, circulait chaque semaine. Il était interdit de nommer le FALN, mais concernant l’enlèvement du footballeur de renommée mondiale Alfredo Di Stefano par un groupe commandé par Máximo Canales, La Pava Macha a placé une caricature où un but de terrain de football a été percé et son défenseur a également été percé, trop semblable à Rómulo Betancourt pour être quelqu’un d’autre. Le présage était dans le titre du dessin animé : GOLN.

Dans le prochain article, nous aborderons la crise des missiles et les plans d’intervention militaire de John Kennedy au Venezuela

Vous pourriez également aimer...