Colmenares : A chacun de sensibiliser à l’usage du vélo

Les mouvements des cyclistes à Maracaibo, ont commencé la consultation publique et débattu de la loi pour la promotion du cyclisme urbain, il est prévu que le Parlement national approuve cette loi, afin que les citoyens puissent présenter leurs propositions.

Le député de l’Assemblée nationale, José Colmenares, représentant de la Commission de développement social global, qui réalise le projet, a parlé de son importance et des étapes qui ont été suivies pour que la loi parvienne à l’Assemblée nationale et soit approuvée à l’unanimité en première discussion.

Il a déclaré : « il convient de noter que c’est à la demande des mouvements organisés de cyclistes et d’écologistes du pays que, pour la première fois, une loi qui reconnaît et justifie les vélos comme moyen de transport au Venezuela est approuvée à l’unanimité ».

Il a souligné que cette loi va être approuvée et sanctionnée, « mais il est de notre devoir à tous de faire prendre conscience aux citoyens vénézuéliens du fait que le vélo n’est pas seulement un cadre en fer à deux roues, mais qu’une vie voyage. là, un père, un ouvrier ou un ouvrier et montrer à notre famille, amis et voisins l’importance de cet instrument ».

Pour sa part, le maire de la municipalité de Maracaibo, Willy Casanova, a exprimé son soutien à la loi pour la promotion du cyclisme urbain, qui dans ses 13 articles vise à faire de l’utilisation du vélo un moyen de transport urbain.

Casanova a ajouté qu’il y a beaucoup de connaissances à Maracaibo et à San Francisco pour contribuer à cette loi. « Nous soutenons cet effort de l’Assemblée nationale pour mettre en débat public des questions essentielles à la citoyenneté », a-t-il déclaré.

Il a souligné que le débat restera ouvert afin que davantage de secteurs rejoignent cette idée en utilisant tous les moyens technologiques disponibles pour que les gens fassent leurs propositions.

Le représentant des mouvements cyclistes urbains de Maracaibo, Ángel López, a indiqué que la loi doit prendre en compte le droit de tous les citoyens à profiter de la ville « aussi bien ceux qui voyagent en gandole, en citerne ou en bus que les celui qui se déplace à pied ou à vélo. Aussi que le cycliste a non seulement les pistes cyclables pour circuler, mais qu’il peut le faire dans toute la ville avec des réglementations qui garantissent sa sécurité », a-t-il déclaré.

Le président de la Chambre de commerce de Maracaibo, François Galletti, a souligné l’importance d’approfondir un changement de conscience citoyenne face à la nouvelle réalité qui se pose avec la diminution de la circulation des voitures et l’augmentation de l’utilisation des vélos, s’engageant à fournir à tous l’aide de l’instance qu’il dirige.

Grisell Mercadante, professeur à l’Université Rafael Urdaneta et directeur de la fondation Zulia Recicla, a déclaré : éduquer les citoyens au respect du cycliste dans une ville inclusive avec une mobilité urbaine durable », a-t-il déclaré.

La consultation publique s’est tenue sur la Plaza Bolívar au centre de Maracaibo et a réuni des cyclistes, des directeurs de la Chambre de commerce, des représentants du secteur universitaire et des militants écologistes. Étaient également présents la directrice du Développement social, Selene Estrach; le président de l’Institut municipal des sports et loisirs (Imdeprec), Heidi Molero parmi d’autres autorités municipales.

La consultation publique a eu lieu sur la Plaza Bolívar au centre-ville de Maracaibo.

★★★★★