Le Venezuela

Déclaration des avocats de Saab : Bonne chance Cap-Vert, vous en aurez malheureusement besoin

Déclaration de l’équipe de défense d’Álex Saab.

« Les hommes qui commandent et supervisent ce spectacle de honte, cette farce tragique, sont effrayés par la parole… le pouvoir de la plume » Ken Saro-Wiwa.

Au final, cela a duré 491 jours. Probablement 484 jours de plus que ce que beaucoup croyaient possible lorsqu’ils ont appris l’arrestation du diplomate vénézuélien Alex Saab le 12 juin 2020. Alex Saab avait souvent spéculé en ruminant avec son équipe de défense locale que son séjour au Cap-Vert se terminerait par un « enlèvement ».  » Donc c’était ça.

Mais pourquoi maintenant, à la veille des élections présidentielles au Cap-Vert ? Le bruit court que le nouveau président, José Maria Neves, après avoir vu de côté les dégâts que le Premier ministre Ulisses Correia et le président sortant Jorge Fonseca causaient à la réputation de son pays, avait confié à ses collaborateurs que, s’il gagnait les élections dimanche , il userait de son autorité présidentielle pour libérer Alex Saab pour des raisons humanitaires, compte tenu de la détérioration importante de son état de santé. La nouvelle est parvenue aux États-Unis et à ses partisans du gouvernement d’Uliss Correia et le reste, comme on dit, appartient à l’histoire.

L’ironie de tout cela est que le président José Neves est le même homme qui, en tant que Premier ministre de l’époque, a négocié et participé activement à la rédaction du protocole Cedeao de 2005 de la Cour de justice, qui a élargi le mandat du Tribunal pour couvrir les cas de droits. Cependant, il a dû rentrer la veille de la cérémonie de signature pour s’occuper d’une affaire urgente au Cap-Vert, il n’a donc pas pu signer le Protocole dans le cadre de la cérémonie de clôture du Sommet des chefs d’État de Cedeao.

La signature, ou la non-signature, du Protocole a joué un rôle très important dans le processus judiciaire auquel est confronté Alex Saab au Cap-Vert. Le 15 mars et de nouveau le 24 juin de cette année, la Cour de justice de Cedeao a jugé que l’arrestation et la détention de Saab étaient illégales, qu’il devait être immédiatement libéré et qu’il fallait mettre fin à la procédure d’extradition de celle à laquelle il faisait face. L’article 11, paragraphe 2, du protocole établit qu’il devient obligatoire pour tous les États membres [de la Cedeao] une fois signé par neuf des quinze membres. Au final, 14 des 15 États membres ont signé, le Cap-Vert étant la signature manquante.

On pourrait penser que la position quant au caractère obligatoire des décisions de la Cour de justice de la Cedeao serait parfaitement claire. Détrompez-vous et bienvenue dans la logique merveilleuse et tordue de l’État du Cap-Vert sous le commandement de Jorge Fonseca et Ulisses Correia. Cabo Verde, qui, bien qu’ayant nommé des juges à la Cour de la Cedeao au cours de ces années, ayant participé activement au processus de la Cedeao contre Alex Saab, ayant témoigné deux fois devant la Cour et ayant même demandé la révision des décisions, il a néanmoins déclaré qu’il ne reconnaissait pas la compétence du Tribunal et que les décisions de ce dernier ne liaient pas le Cap-Vert, le Cap-Vert n’ayant pas signé le Protocole.

Il n’a fallu que José Neves se lève et annonce ce qu’il a compris au moment de la négociation du protocole, ce qu’il a compris du caractère contraignant ou non des décisions du tribunal de Cedeao sur le Cap-Vert, mais dans un acte d’extrême lâcheté. il est resté réservé. Il est resté silencieux et a peut-être condamné un homme innocent à des mois de traitements cruels et inhumains aux mains du système pénitentiaire fédéral américain.

Le gouvernement dirigé par Ulisses Correia a encore diminué son prestige régional et mondial en ignorant les résolutions du Comité des droits de l’homme des Nations Unies et de quatre autres rapporteurs spéciaux et d’un groupe de travail des Nations Unies. Le peuple du Cap-Vert doit comprendre les actions qui ont été menées en son nom et qui ont entraîné la détérioration de la position du Cap-Vert à Cedeao, en Afrique et dans le monde. Tant d’efforts pour si peu d’avantages. Tant de contorsions, d’obscurcissements et de demi-vérités juste pour que l’Amérique obtienne ce qu’elle veut, mais sans se soucier des conséquences. Parmi les nombreuses décisions alambiquées présidées par Ulisses Correia au cours des 16 derniers mois, le rejet des ordonnances de la Cour de justice de Cedeao et les recommandations du Comité des droits de l’homme des Nations Unies sont les plus surprenantes. C’est du jamais vu pour une petite nation, qui dépend de la volonté des grandes nations d’accepter les décisions des tribunaux internationaux et des organismes multilatéraux pour que l’ordre mondial fonctionne, de rejeter de la manière insouciante et irrespectueuse dont le Cap-Vert a rejeté les décisions du 15 mars et 24 juin du Tribunal de Cedeao et les avis des 8 et 16 juin du Comité des droits de l’homme. Il est inconcevable que le Cap-Vert aurait pris cette position sans les cajoleries et les conseils d’un puissant allié.

Ce n’est qu’un exemple de la façon dont la façade du Cap-Vert s’est effondrée et a été démolie lorsque l’opportunité politique a triomphé de l’État de droit. Les 16 derniers mois nous ont fourni un aperçu unique des systèmes politiques et sociaux du Cap-Vert tels qu’ils ont été mis à l’épreuve par la pandémie de Covid-19 et se sont finalement révélés insuffisants. La grande majorité des Cap-Verdiens décents et travailleurs émigreraient s’ils le pouvaient, et des centaines de milliers sont déjà partis pour les États-Unis, où résident plus de personnes d’origine capverdienne que dans la nation de l’archipel elle-même.

D’autre part, l’élite politique et sociale, au nombre de quelques centaines au plus, dirige le pays comme un country club à adhésion restreinte, dont l’appartenance est strictement déterminée par la lignée. Cette élite a toutes ses maisons dans l’ancienne puissance coloniale du Portugal, beaucoup ont des maisons dans la région de Boston et toutes ont été formées dans les meilleures universités du Portugal ou dans les universités d’État de la Nouvelle-Angleterre et des environs. Nous avons vu de près leurs vanités, leurs insécurités et leur estime de soi exagérée. Mais plus que tout, c’est l’autoroute de la cocaïne bien établie et bien documentée qui relie l’Amérique du Sud à l’Europe via le Cap-Vert qui maintient cette élite dans le style auquel elle s’est habituée. Un fait qui n’a visiblement pas échappé à la DEA des Etats-Unis.

Alors, alors que nous disons au revoir au Cap-Vert, quel avenir pour les cinq cent cinquante mille habitants de la région ? La pandémie de Covid-19 a dévasté l’industrie touristique locale au point que certains pensent qu’elle ne retrouvera jamais les niveaux d’avant Covid. Il s’agit probablement d’une vision trop pessimiste, car le tourisme mondial semble se redresser plus rapidement que beaucoup ne l’auraient prédit il y a à peine trois mois. Cependant, les prêts bonifiés et les investissements de l’Union européenne sont susceptibles d’être revus, compte tenu du non-respect par le Cap-Vert des indications des différentes agences onusiennes. Ceci, ajouté à la probabilité que le Cedeao impose des sanctions, affectera gravement l’emploi et l’économie.

Le pari d’Ulisses Correia est que tout déficit de financement sera couvert par les États-Unis à travers leur initiative de 400 millions de dollars pour le New Embassy Complex, annoncée le 4 juillet, avec la promesse que 100 millions de dollars « iraient directement aux entreprises locales ». Alors que l’extraction d’Alex Saab a été accueillie avec une admiration mutuelle et des déclarations malsaines de la part des États-Unis et du Cap-Vert, la durée de cette idylle fait l’objet d’intenses spéculations. Les États-Unis ont l’habitude d’oublier très rapidement les engagements à long terme une fois que leur cour totale d’un petit basal a donné le résultat souhaité. Demandez simplement au peuple afghan.

Le Cap-Vert fait face à un avenir extrêmement incertain. Il n’y a aucune certitude que les promesses faites au plus fort de la cour américaine du Cap-Vert seront tenues.

Nous ne pouvons que souhaiter bonne chance aux gens honnêtes et travailleurs du Cap-Vert, car Dieu sait qu’ils vont en avoir besoin.

Vous pourriez également aimer...