Le Venezuela

Données ÚN : au Venezuela, un tiers de ceux qui ont fait du télétravail ne sont pas retournés au bureau

Le monde essaie toujours de comprendre l’impact que la pandémie de covid-19 a eu sur tous les domaines de la vie sur la planète. Le confinement mondial a sans aucun doute perturbé les processus sociaux et, parmi eux, celui du travail se distingue. Un grand nombre de personnes ont dû adapter leur maison en lieu de travail ; D’autres ont simplement vu leurs activités professionnelles arrêtées. Aussi, bien sûr, il y avait ceux qui ne s’arrêtaient jamais et restaient sur leur lieu de travail habituel, comme les agents de santé, les travailleurs des services, les chaînes alimentaires, entre autres. Cette situation a eu des conséquences tant pour les travailleurs que pour les employeurs. L’une d’elles est qu’il a été constaté que de nombreuses professions pouvaient parfaitement être exercées à distance. Certains travailleurs ont amélioré leur performance, d’autres l’ont diminuée. L’analyse définitive reste à faire. La vérité est que le télétravail est un phénomène qui n’est peut-être pas accidentel, mais qui est devenu durable.

La pandémie était en quelque sorte un accélérateur de certains processus et tendances qui s’étaient déjà développés au cours de la décennie précédente. Avec le développement accéléré des technologies de la communication et de l’information, le travail à distance s’est avéré être une alternative très attrayante pour de nombreuses personnes des deux côtés de la relation de travail. Selon les données du Pew Research Center, aux États-Unis près de 60 % des travailleurs dont le travail peut être effectué à distance, aujourd’hui, en 2022, travaillent toujours à domicile, même lorsque les bureaux ont déjà été réactivés. En Espagne, pour donner un autre exemple, la situation est différente. Selon les données de l’Institut national des statistiques de ce pays, le télétravail est passé de 8,3 % avant la pandémie à 19,1 % pendant le confinement. Cependant, en 2022, ce chiffre est retombé à 12,7 % de la population active. En d’autres termes, bien que le télétravail ait augmenté par rapport à ses niveaux « avant la pandémie », la plupart de ceux qui ont dû télétravailler pendant la quarantaine sont déjà retournés au bureau.

En Amérique latine, selon les données de la Banque interaméricaine de développement, « entre 10% et 35% des travailleurs d’Amérique latine et des Caraïbes ont rejoint le télétravail pendant la pandémie ». Cependant, la même source soutient que 31 millions d’emplois ont été perdus dans la région. C’est un moment critique qui s’insère dans une situation de récession économique mondiale, qui continuera probablement à générer des changements dans les rapports sociaux, changements dont nous commençons à peine à identifier les caractéristiques.

C’est pourquoi nous avons trouvé intéressant de faire une approximation de la situation du télétravail au Venezuela. Nous avons interrogé notre public sur sa relation avec le travail « à domicile » pendant la pandémie, ainsi que sur son goût ou sa préférence pour ce type d’expérience. Le questionnaire que nous avons diffusé via notre site web et nos réseaux sociaux comportait cinq questions : premièrement, s’ils devaient faire du télétravail en cas de pandémie ; puis, à ceux qui ont répondu oui, s’ils sont déjà retournés au bureau ou restés chez eux ; puis nous demandons à chacun quelle modalité il aime le plus; également si, depuis la pandémie, ils sont restés au même poste ou ont changé pour une raison quelconque ; Enfin, pour ceux qui ont décidé de quitter volontairement leur emploi, nous avons demandé quelle en était la raison.

Entre le lundi 27 juin et le jeudi 30 juin, nous avons reçu 1 360 réponses et les résultats sont les suivants.

Tout le monde ne revient pas

Il se trouve que précisément la moitié de ceux qui ont répondu à notre enquête, soit 680 participants soit 50% du total, ont répondu qu’ils avaient dû télétravailler pendant la pandémie de covid-19. L’autre moitié a dit non, que leur travail les obligeait à être présents sur place.

Cependant, parmi les personnes qui ont déclaré avoir dû travailler à domicile, la moitié (49,9%) affirment qu’à l’heure actuelle, elles sont déjà retournées le faire dans leurs bureaux respectifs. Mais 32,9% affirment qu’ils sont définitivement restés travailler à la maison, même lorsqu’ils pouvaient déjà retourner dans leurs espaces de travail. C’est une découverte très intéressante, car il s’agit d’un changement substantiel et permanent, directement motivé par la pandémie de covid-19. Les autres, soit 17,2%, ont répondu qu’ils n’avaient pas encore décidé s’ils devaient revenir ou non.

Autre constat intéressant, sur l’ensemble de la population participante, c’est-à-dire ceux qui télétravaillent et ceux qui ne télétravaillent pas, 43,8% déclarent préférer un format de travail « hybride », c’est-à-dire des journées de travail au bureau et d’autres journées faites-le de chez vous. 32,4% disent aimer davantage sortir de chez eux et aller au travail, tandis que 23,8% disent directement que leur truc c’est le « travail à domicile ».

La moitié des changements expérimentés

Voyons maintenant quel a été l’impact de la pandémie sur la situation de l’emploi des gens. Nous avons que 50,8% sont restés dans le même emploi qu’ils avaient avant l’arrivée du covid-19. Mais les choses sont arrivées à l’autre moitié : 17,9 % déclarent avoir conservé l’emploi qu’ils avaient, mais en avoir commencé un autre ; un groupe similaire (17 %) déclare avoir perdu son emploi ; et 14,3% déclarent avoir volontairement quitté leur emploi.

De là, nous pouvons extraire un fait intéressant : 68,7 % des personnes ont conservé leur emploi pendant la pandémie.

Enfin, parmi le groupe qui a répondu avoir décidé de quitter son emploi pendant la pandémie, 40,5 % affirment l’avoir fait pour se consacrer au développement d’une entreprise. Un groupe très similaire (40%) déclare avoir changé pour commencer un autre travail et une cinquième partie, 19,5%, déclare avoir décidé d’arrêter de travailler pour se consacrer à son foyer.

Bien que ces données ne se veulent pas un reflet fidèle de la réalité de la population vénézuélienne, elles représentent une indication qu’une partie importante a connu des changements pertinents dans sa dynamique vitale depuis la pandémie qui a touché la planète Terre depuis 2020. Il y a des signes que la préférence pour le télétravail au Venezuela n’est pas proche des niveaux qu’il présente aux États-Unis, mais il pourrait être supérieur à ceux de l’Espagne, par exemple. Et il est intéressant de noter que l’option de travailler certains jours à la maison et d’autres au bureau (format hybride) a eu un niveau de préférence proche de la moitié. Y si a este grupo le sumamos el casi 24% que definitivamente prefiere laborar en el hogar, tenemos que la simpatía por el teletrabajo, o al menos por alternativas más flexibles al régimen laboral tradicional, puede tener una simpatía cercana a los dos tercios de la Ville. Il vaudrait la peine de faire une étude plus large sur ce sujet.

Vous pourriez également aimer...