Le Venezuela

"Il y a un fort rejet de l'opposition"

Le vice-recteur de l'Université catholique Andrés Bello (Ucab), Arturo Peraza, a affirmé que dans le pays il y a «un fort indice de rejet de la population vénézuélienne envers l'opposition», qui à son avis semble être aveugle, sourde et muette.

"Ne parle pas. Il n'entend pas et ne voit pas. Ils disent voir, mais ils ne voient pas la réalité du peuple et c'est ce que la Conférence épiscopale vénézuélienne (CEV) leur dit dans un tableau dramatique », a-t-il ajouté autour du communiqué publié par le CEV, à propos des élections législatives. 6 décembre.

Dans le même temps, il a souligné que le député de la Volonté Populaire Juan Guaidó a proposé une route qui "a échoué et a été piégée".

«Je pense que s'il manque quelque chose au leadership politique actuel, c'est cette capacité à repenser la scène et à chercher des alternatives. Nous répétons un mantra depuis 2019 et nous sommes presque en 2021 et vous ne le changez pas. La politique ne fonctionne pas comme ça », a-t-il ajouté.

Peraza, qui est également prêtre jésuite et politologue, a souligné que la lettre du CEV est une cloche contre les partis d'opposition qui ont proposé l'abstention pour les femmes parlementaires. "Cet appel ne suffit pas, car ce qui a été fait est d'immobiliser la population. », A déclaré au support numérique La Gran Aldea.

À son tour, il a ajouté que les appels à l'abstention proposés par certains secteurs politiques laissent au public le sentiment qu'il n'y a pas d'alternatives, qu'il a qualifiées de "vide gigantesque", pour cette raison, il a souligné que l'Église ne parie pas sur la violence.

"La Conférence épiscopale met l'opposition au défi de réfléchir à des alternatives pour la participation citoyenne et je pense que c'est là que les partis doivent jouer un rôle dans l'inventaire de la ligne d'action politique", a-t-il déclaré.

Le 11 août, le CEV a publié une déclaration dans laquelle il a reconnu la route électorale comme une alternative constitutionnelle et pacifique pour résoudre les problèmes qui affectent la population.

"Notre peuple a une grande vocation démocratique, c'est pourquoi il assume la voie électorale comme un moyen pacifique et rationnel d'établir un itinéraire politique consensuel dans sa population normale", a déclaré la lettre du CEV.

La position de la direction de l'Église a engendré un rejet dans l'extrême droite créole.

Ils accusent le G4

La coordinatrice nationale du parti Vente Venezuela, María Corina Machado, a fait savoir qu'elle ne croyait pas au G4 (Première Justice, Volonté Populaire, Nouvelle Temps et Action Démocratique) et a accusé les partis qui le composent de "complices et corrompus".

Le chef de l'opposition, identifié à l'aile radicale de la droite créole pour ses positions extrémistes et demandant publiquement l'intervention militaire des gouvernements étrangers pour renverser le gouvernement légitime du pays, a souligné que le G4, dirigé par le député de la Volonté Populaire Juan Guaidó, que "Il ne représente pas moi, ni tous les Vénézuéliens."

Dans le même temps, la coordinatrice du parti a souligné que le gouvernement intérimaire "n'est pas là pour les projets futurs", de cette manière elle a souligné que le peuple vénézuélien a besoin de réponses à court terme. "C'est leur tâche", a déclaré l'opposant.

PPT et PCV disent que leur alliance est irréversible

Patria Para Todos (PPT) et le Parti communiste du Venezuela (PCV) considèrent comme irréversible l'alliance conclue entre les deux tentes pour participer aux élections législatives du 6 décembre.

"Nous maintenons cette position, plus ferme que jamais, cette alliance est irréversible, il n'y a pas de retour en arrière, c'est une nécessité parce que nous comprenons que cette alternative, qui est le moment historique, sinon l'histoire nous fera des ravages douloureux", a déclaré le leader du PPT Luisa González à Unión Radio.

Le MAS appelle les adversaires à apporter des plaques d'unité

Le secrétaire général du Mouvement pour le socialisme (MAS), Felipe Mujica, a demandé hier aux partis d'opposition qui participeront aux prochaines élections électorales du 6 décembre "d'aller au concours" avec des plaques unitaires.

"L'unité est un facteur décisif, ainsi que la possibilité d'un projet viable sur le plan électoral, en plus de réduire l'abstention", a déclaré le leader de Masista.

Vous pourriez également aimer...