Le Brésil

La Commission Arns exige des explications du ministre de la Justice sur un «  dossier confidentiel ''

São Paulo – La Commission de défense des droits de l'homme Dom Paulo Evaristo Arns a publié vendredi (24) une note demandant des explications du ministre de la Justice, André Mendonça, concernant l'élaboration d'un «dossier confidentiel» relatif à un groupe de 579 fonctionnaires agences de sécurité fédérales et étatiques identifiées comme des participants au mouvement antifascisme. La révélation de l'opération a été faite par le journaliste Rubens Valente, sur le portail Uol.

Selon le rapport, le ministère de la Justice a produit un dossier avec les noms, y compris des photographies et des adresses sur les réseaux sociaux, des personnes surveillées. L'action serait menée par le Secrétariat des opérations intégrées (Seopi), l'un des cinq portefeuilles subordonnés à André Mendonça.

«Cette liste de personnes surveillées ressemble à tout, et pour tout, y compris en nombre, la liste des personnes 'indésirables' publiée quelques jours après l'élection de 2018 par les électeurs du candidat victorieux, sur un ton clair de menace, du fait qu'elles ont proclamé dans des déclarations et souscrire pour manifester leurs convictions démocratiques », précise la note.

Parmi les personnes enquêtées figure l'ancien secrétaire national aux droits de l'homme et rapporteur de l'ONU sur les droits de l'homme en Syrie Paulo Sérgio Pinheiro, également l'un des fondateurs de la Commission. Le document a été adressé, selon le Uol, aux organismes publics tels que la police fédérale, la police fédérale des routes, la maison civile de la présidence de la République, l'agence brésilienne de renseignement (Abin), la force nationale et les administrations publiques des États.

«Nous exigeons que le ministre de la Justice vienne au public pour s'expliquer sur la nouvelle, la niant si elle est fausse, l'interdiction d'utiliser l'argument du 'secret', un mécanisme juridique pour la protection de la démocratie et de la société, ne pouvant dissimuler des actions insidieuses contre l'Etat de droit et ceux qui le défendent », conclut la note de la Commission Arns.

«Police politique»

Les parlementaires commencent également à se déplacer pour exiger des explications sur le «dossier confidentiel». «Il est grave que ce gouvernement utilise le ministère de la Justice comme une police politique pour persécuter ses opposants. Notre banc est en contact avec le mouvement et cherche à unifier les actions pour contester cela entre les partis d'opposition et les mouvements sociaux », déclaré la députée fédérale et leader du Psol à la Chambre des députés Fernanda Melchionna.

"Il est nécessaire que les responsables de l'enquête répondent de leurs actes et cessent la persécution des professionnels de la sécurité publique qui sont dans leur droit démocratique d'exprimer des critiques contre ce gouvernement autoritaire", a-t-il souligné.

Le chef du PSB à la Chambre, le député Alessandro Molon (RJ), a déposé ce vendredi une demande pour qu'André Mendonça explique le dossier confidentiel. «Tout ce que Bolsonaro a déjà dit et fait n'était pas suffisant, nous apprenons maintenant de l'assemblée, un appareil parallèle au ministère de la Justice pour surveiller et persécuter ses opposants. C'est une nouvelle attaque contre la démocratie et la Constitution, qui mérite le rejet le plus sévère de nos institutions.

Député fédéral Rogério Correia (PT-MG) a été incisive par rapport à l'action du ministère. «Le gouvernement crée une Gestapo brésilienne. Si quelqu'un ne l'a pas remarqué, le nom de cela est dictature. Un autre: qui poursuit la police et les enseignants antifascistes doit être appelé quoi? Le ministre de la Justice doit faire rapport d'urgence au Congrès », a-t-il déclaré.

Vous pourriez également aimer...