Le Brésil

Le Congrès annule le veto de Bolsonaro sur le port obligatoire d'un masque

DW Brasil – Le Congrès a renversé ce mercredi (19/08) une série de veto du président Jair Bolsonaro à la loi qui traite, entre autres, de l'usage obligatoire des masques lors de l'épidémie de covid-19. La mesure autorise, par exemple, l'utilisation de la protection faciale dans les églises, les entreprises et les écoles.

Le projet de loi avait été approuvé par le Congrès en juin, mais Bolsonaro a fini par opposer son veto à certaines parties du texte le mois suivant, en promulguant la loi. Il y avait 25 dispositifs interdits, y compris l'utilisation obligatoire de masques dans les établissements commerciaux et industriels, les temples religieux, les établissements d'enseignement et autres lieux fermés où les gens se rassemblent.

• Rappelles toi: «  C'est une horreur, je suis choqué '', dit l'infectologue à propos du veto de Bolsonaro sur l'utilisation des masques

À l'époque, l'exécutif a justifié le veto en faisant valoir que la disposition ouvre une possible «violation de domicile», car l'expression «autres lieux fermés» est trop large.

La Chambre a tenu une séance à distance dans la matinée, au cours de laquelle les députés ont voté pour annuler les veto. Dans l'après-midi, c'était au tour du Sénat de confirmer l'entente. Avec la décision, l'exigence de masques sera incluse dans le texte juridique et deviendra effective, a déclaré le Congrès.

Autres veto annulés

Parmi les autres dispositions faisant l'objet d'un veto, figurait l'imposition d'une amende en cas de non-respect de l'utilisation de masques, avec des peines aggravantes pour les cas de récidive, d'infraction en lieu clos et de la capacité économique du contrevenant.

Un autre point opposé par le président, et désormais revenu au texte, détermine l'imposition d'une amende à l'établissement autorisé à opérer pendant l'épidémie qui ne fournit pas d'alcool gélifié à 70% à proximité de ses entrées, ascenseurs et escaliers mécaniques.

Le texte désormais intégré dans la loi stipule également que les sommes perçues sur les amendes doivent être utilisées dans les actions et services de santé.

Lisez aussi: Le veto aux masques est un autre crime sous la responsabilité de Bolsonaro, dit Pedro Serrano

Le dispositif qui oblige les établissements commerciaux en activité à fournir gratuitement des masques à leurs employés et collaborateurs a également fait l'objet d'un veto et sera désormais intégré dans le texte juridique. Le non-respect de la règle sera passible d'une amende.

Droits des plus pauvres

Bolsonaro a également opposé son veto à l'exemption de facturer l'amende pour les populations économiquement vulnérables. À l'époque, Planalto justifiait que l'exclusion de la punition pour les plus pauvres crée «une autorisation de ne pas utiliser d'équipement de protection, puisque chacun est capable de contracter et de transmettre le virus, quel que soit son statut social».

Le projet de loi traitait également de l'obligation faite à la puissance publique de fournir gratuitement des masques de protection individuelle aux populations les plus pauvres dans les établissements accrédités auprès du Programa Farmácia Popular do Brasil. Avec la chute du veto, l'obligation devient également valable.

En outre, Bolsonaro avait opposé son veto à l'obligation du gouvernement fédéral de fournir de l'eau potable, de l'hygiène et des lits d'hôpital aux populations autochtones pendant l'épidémie, ce que le Congrès a également annulé.

Pandémie lâche

En chiffres absolus, le Brésil est le deuxième pays au monde avec le plus d'infections et de décès dus au coronavirus, totalisant 3,45 millions de cas et 111,1 mille décès. Il vient juste derrière les États-Unis, qui accumulent déjà 5,5 millions de personnes infectées et plus de 172 000 morts.

Depuis le début de la crise dans le pays, Bolsonaro minimise la gravité de l'épidémie, ayant qualifié la maladie de «petite grippe» à plusieurs reprises. Il s'est également opposé à de larges mesures d'isolement social et a promu la chloroquine comme «remède» contre la covid-19, même sans base scientifique.

Salle de presse RBA: Fábio M. Michel

Vous pourriez également aimer...