Le Brésil

Les députés signent un nouveau procès contre Fernando Cury

São Paulo – Après l’ouverture du procès contre le député d’Etat Fernando Cury (Citoyenneté) pour harcèlement sexuel contre également le député Isa Penna (Psol), ce mercredi (10), le Conseil d’éthique de l’Assemblée législative de São Paulo (Alesp) devrait analyser la semaine prochaine, la recevabilité d’une deuxième réclamation pour violation du décorum parlementaire commis par Cury.

Le document, déposé le 2 février, prend également en compte le harcèlement contre le député, qui a dénoncé avoir été touché par le parlementaire lors d’une séance plénière le 16 décembre dernier. Le harcèlement a également été repéré par les caméras de la Chambre. Les images montraient le moment où Fernando Cury s’approche et touche le corps du député sans son consentement.

La nouvelle représentation du parquet spécial d’Alesp est signée par les députés Maria Izabel Noronha, Bebel (PT), avocate spéciale de l’Assemblée, Marcia Lia (PT) et Marina Helou (Rede), procureurs adjoints.

Le poids de la pression populaire

Dans une interview avec Maria Teresa Cruz, Journal actuel du Brésil, la députée Marcia Lia a souligné l’importance de cette seconde action pour démontrer que le harcèlement commis par le député est « un manque de respect et un mépris total envers toutes les femmes qui exercent le pouvoir public ». En plus de représenter une « attaque directe contre la participation des femmes à la politique ».

La présidente du Conseil d’éthique d’Alesp, Maria Lúcia Amary (PSDB), a transmis le document pour analyse la semaine prochaine, lors de la session d’hier. Désormais, il peut être admis ou intégré à la représentation d’Isa Penna, qui a été saluée à l’unanimité, ce qui a même pris le député par surprise. À Twitter, Isa Penna a commenté: « J’étudiais déjà à quoi ressemblerait l’appel s’ils décidaient de clore l’affaire ». Pour elle, l’approbation n’a eu lieu que «par crainte de déboursement».

Les prochaines étapes

Marcia Lia rappelle également que l’admission de la plainte par la collégiale était en fait «correcte». Maintenant, le processus doit se poursuivre pour garantir la contradiction et la présentation des témoins du fait. L’accusé dispose de cinq sessions ordinaires en séance plénière d’Alesp pour présenter sa défense au Conseil d’éthique. Par la suite, le document produit sera analysé par le rapporteur de cas, l’adjoint Emídio de Souza (PT). Choisi hier par Maria Lúcia, il aura 15 jours pour préparer un avis.

Ensuite, les neuf autres membres de la commission évaluent s’ils sont d’accord ou non avec l’avis du rapporteur, qui peut décider du dépôt ou de la sanction. L’approbation d’au moins six députés est nécessaire pour que la décision finale soit transmise à la plénière. C’est la décision de la Chambre, au scrutin secret, qui décide de la suspension ou même de la fin du mandat.

La membre du Congrès Marcia Lia soutient qu’une sorte de punition devrait être appliquée à Fernando Cury. Même comme moyen «pédagogique» de réitérer le message que «les harceleurs ne passeront pas». La défense du député a cependant tenté de nier les images elles-mêmes. Mais Marcia prévient que la vidéo est une «preuve matérielle», qui expose Cury en violation du Code de déontologie de l’Assemblée législative, en soumettant le parlementaire à une situation vexatoire.

Autres processus

Marcia Lia rappelle également que Cury encouru en vertu de l’article 215 du Code pénal pour avoir harcelé sexuellement Isa Penna, par conséquent, le député à la citoyenneté sera également soumis à une procédure pénale. Une enquête a déjà été ouverte par le ministère public de São Paulo, avec l’autorisation de la Cour de justice de l’État.

Un troisième processus, celui-ci disciplinaire, se déroule également au sein de la citoyenneté. Fernando Cury a été, depuis le 18 décembre, enlevé par la légende, après la répercussion de l’affaire.

Pour Marcia Lia, « il ne fait aucun doute que le fait rapporté par la membre du Congrès Isa Penna s’est produit de manière quelque peu accidentelle ». Et, selon elle, Alesp doit répondre à toutes les femmes.

«Avec la loi Maria da Penha, nous avons gagné beaucoup plus d’espace pour le débat, à la fois dans le système judiciaire et dans la lutte contre toutes les formes de violence. Mais la société a encore besoin d’être éduquée, pour comprendre que ce n’est pas parce que nous sommes des femmes que nous sommes obligées d’accepter ce genre de chose qui s’est produite avec Isa Penna, par exemple. Elle a raison, nous devons nous associer avec elle maintenant. Nous déciderons donc comment la punition sera infligée à ceux qui ont commis un manquement au décorum. Et puis la Justice analysera sa demande à la lumière du code pénal », conclut la députée.

Découvrez l’interview

Rédaction: Clara Assunção

Vous pourriez également aimer...