Le Brésil

Les perspectives économiques en 2022 sont limitées et pointent vers une stagflation

São Paulo – Après une série de mauvaises années, les perspectives pour 2022 restent négatives, déclare Antonio Corrêa de Lacerda, président du Conseil fédéral d’économie (Cofecon) et professeur-doctorant du programme de troisième cycle en économie politique de l’Université pontificale catholique de São Paulo (PUC-SP). Pour lui, le scénario le plus probable est ce qu’on appelle la stagflation, avec une croissance proche de zéro et une inflation toujours expressive.

Concernant la hausse des prix, Lacerda affirme que le nouveau cycle de hausse des taux d’intérêt promu par la Banque centrale, en plus de ne pas résoudre le problème, aura des effets secondaires négatifs. « L’essentiel est que la pression inflationniste actuelle se caractérise clairement par un choc d’offre et non par un excès de demande ! », souligne-t-il.

De même, il est peu probable que la situation du marché du travail s’améliore, car il n’y aura pas de croissance économique. « Plus qu’un problème social, qui justifierait en soi une politique publique anticyclique, c’est aussi un enjeu économique. Un chômeur de plus, c’est un consommateur de moins.

Après une première année faible, une deuxième année ravagée par la pandémie, une troisième en stagnation, que peut-on attendre de la dernière année du gouvernement actuel ?

Les perspectives de croissance pour l’année à venir sont limitées, pour deux raisons : d’abord, parce que le ralentissement actuel laisse peu de vecteurs de croissance en 2022 : chômage élevé, baisse des revenus réels, inflation persistante, taux d’intérêt élevés, faible consommation et faible niveau d’investissement sont pas de bons stimulateurs de croissance future. Deuxièmement, statistiquement, contrairement à 2021, qui a hérité d’un effet statistique positif de 3,6% dès 2020, l’impact de 2021 à 2022 sera proche de zéro.


Le salaire minimum pour 2022 reste sous-évalué. Mauvais présage pour l’économie


Le scénario le plus probable pour 2022 est la stagflation : croissance du PIB proche de zéro, inflation plus faible qu’en 2021, mais toujours d’actualité. Le risque d’une éventuelle récession augmentera en fonction de variables telles que la nécessité éventuelle de nouvelles mesures sanitaires restrictives en raison des nouvelles variantes du covid-19. Brésil L’aide, bien que nécessaire, ne suffira pas à relancer la consommation.

La pandémie a évidemment eu un effet sur l’économie brésilienne. Mais notre activité n’était-elle pas déjà faible avant cela ?

Oui, la performance après la récession de 2015-2016 était maigre, juste au-dessus de 1% par an, en 2017, 2018 et 2019. En 2020, avec les effets de la pandémie et la mauvaise gestion de son combat, elle impliquait une récession de près de 4 % dans l’année. Ainsi, la croissance de 2021 ne nous ramène qu’au niveau de 2019, mais avec un chômage beaucoup plus élevé, des revenus plus faibles et une inflation plus élevée.

Ces dernières années, des réformes telles que le travail et la sécurité sociale ont été présentées comme nécessaires pour, a-t-on dit, créer un environnement favorable et assurer la sécurité juridique, afin que l’économie puisse croître et que des emplois soient créés. Désormais, le discours se répète, avec la réforme administrative par exemple. Ces réformes ont-elles eu un effet positif sur le pays ?

Une sorte d’aveuglement prévaut quant au rôle que doivent jouer les prétendues réformes. En fait, ils ont eu peu d’effet pour la fin recherchée, car, non seulement parce que leur attente d’un résultat est surestimée, mais aussi parce que « l’ensemble de l’œuvre » ne collabore pas. Autrement dit, la combinaison des politiques économiques adoptées est loin de représenter une alternative de développement.


Le chômage atteint 12,9 millions, l’informalité augmente et les revenus baissent de 11% en un an


À quoi s’attendre, par exemple, du marché du travail ? Le taux de chômage a cessé de croître, selon l’IBGE, mais l’informalité a augmenté et les revenus ont baissé.

Si l’on ajoute le chômage, plus les découragés et les sous-employés, nous avons 30 millions de personnes hors du marché du travail au Brésil. L’emploi et le revenu sont des variantes du niveau d’activité. Comme nous avons déjà une situation défavorable à la fin de 2021 et que la croissance économique ne se produira pas, le scénario du marché du travail a tendance à rester rétracté. Plus qu’un problème social, qui justifierait en soi une politique publique anticyclique, c’est aussi un enjeu économique. Un chômeur de plus est un consommateur de moins. Comment se développer sans marché de consommation, sachant que le crédit est aussi de plus en plus cher ?

économie 2022
« La question de la politique industrielle est complètement hors de l’ordre du jour », déplore Lacerda (Reprodução TV Cultura)

Qu’en est-il de l’industrie? La production accumule cinq baisses mensuelles consécutives et a perdu sa part du PIB pendant des années. Le Brésil a-t-il besoin d’une politique spécifique pour le secteur ? La défiscalisation sur la masse salariale, qui vient d’être prolongée, était-elle positive ?

Nous n’avons pas de politique industrielle dans le pays. En fait, nous n’avons même pas de ministère de l’Industrie, puisqu’en pratique il a été dissous, avec la fusion opérée par le gouvernement actuel des anciens ministères des Finances, du Plan, du MDIC et du Travail et de l’Emploi, ce dernier récemment déployé. La question de la politique industrielle est complètement hors de l’ordre du jour. Les exonérations salariales, ainsi que les mesures spécifiques, ne sont que des palliatifs qui ne répondent pas aux grandes questions imposées par la révolution technologique de l’Industrie 4.0 et des télécommunications 5G, pour ne citer que deux exemples.


L’inflation baisse l’année prochaine ? Peut-être, mais « à un coût social insupportable », selon Dieese


L’inflation a repris son élan. Les hausses successives des taux d’intérêt ont-elles une efficacité, sachant que l’inflation n’est pas le résultat d’une consommation « excessive » ?

Les récentes pressions inflationnistes ont un « nom et une adresse ». La hausse des prix des matières premières, notamment du pétrole et des céréales (produits de base) sur le marché international, associées à la dévaluation du real, ont exercé une pression sur les prix intérieurs du carburant, du gaz de cuisine et de la nourriture, entre autres.

Des facteurs spécifiques à notre marché, qui vont bien au-delà de la question fiscale qui a toujours été évoquée, sont également pertinents : politique de Petrobras de parité des prix internationaux, structures de marché dans divers secteurs oligopolistiques et indexation, en sont quelques-uns.

La question du taux d’intérêt de base au Brésil représente un paradoxe expressif, surtout compte tenu de la situation actuelle : étant donné la prévalence du régime d’objectifs d’inflation et l’inefficacité des autres instruments de lutte contre l’inflation, l’augmentation du Selic devient une alternative apparemment unique, avec des coûts économiques et sociaux dramatiques !

La contradiction actuelle est que la hausse des taux d’intérêt ne résoudra pas le problème actuel de l’inflation brésilienne, même si elle aura plusieurs effets secondaires négatifs. La question clé est que la pression inflationniste actuelle est clairement caractérisée comme un choc d’offre et non comme un excès de demande !

« L’intérêt élevé est un mécanisme classique pour lutter contre les hausses de prix résultant de la pression de la demande, ce qui n’est pas notre cas. Notre situation est exactement l’inverse. Il y a des signes clairs de stagflation : hausse de l’inflation, recul industriel chronique, forte inactivité des capacités de production, chômage important et baisse des revenus »

La hausse des taux d’intérêt n’est pas neutre, provoquant des effets délétères, augmentant le coût du crédit et du financement privés, et augmentant le coût du refinancement de la dette publique. Ceci aggravera la baisse de la demande, affectant négativement d’autres aspects, avec le facteur aggravant qui rendra la situation fiscale du pays plus difficile, ainsi que celle des familles et des entreprises endettées. Elle favorise aussi les investissements financiers par rapport aux investissements productifs, le contraire de ce dont nous avons besoin !

Enfin, le gouvernement actuel a parlé à plusieurs reprises de « reprise » et de « reprise en V ». En voyez-vous des signes à l’horizon ?

Malheureusement non. Tous les facteurs déjà mentionnés dénotent un scénario de stagflation.

Vous pourriez également aimer...