Le Brésil

Les pétroliers rejettent le réglage du zéro et insistent sur les normes de sécurité

São Paulo – Les assemblées aux bases des pétroliers à travers le pays rejettent la proposition de Petrobras de renouveler la convention collective, que la Fédération unique des travailleurs du pétrole (FUP) qualifie d '«absurde» et d' «irrecevable». La société parle d'ajustement nul à la date de base (1er septembre) et a l'intention de réduire les droits.

Dans les assemblées, qui se prolongent jusqu'à lundi prochain (17), les travailleurs défendent que l'accord actuel soit prolongé jusqu'à la fin de l'état de calamité publique, décrété en raison de la pandémie. Selon le FUP, plusieurs bases ont déjà résolu des cas, jusqu'à hier (12), de Pernambuco, Ceará, Bahia, Espírito Santo, Minas Gerais, Paraná, Santa Catarina et São Paulo.

«Nous ne sommes pas dans une« nouvelle normalité »», déclare le coordinateur de la fédération, Deyvid Bacelar. «Nous vivons avec plus d'un millier de morts chaque jour. Nous avons déjà dépassé la terrible marque de 100 000 vies perdues et 3 millions d'infectées. Au lieu d'assurer la tranquillité et la sécurité des travailleurs, les dirigeants de Petrobras veulent imposer à la hâte un accord abaissé.

"Augmentation scandaleuse"

L'entité déclare que, même si elle n'offre pas de réajustement aux employés, «le conseil d'administration a auto-concédé une augmentation scandaleuse, l'entreprise impose des pertes encore plus importantes sur la catégorie, comme la tentative de rendre l'AMS irréalisable (Soins de santé multidisciplinaires) pendant la pandémie, à un moment où les travailleurs et les retraités ont le plus besoin d'une assurance maladie ». Selon le FUP, Petrobras cède l'AMS à une association privée, tout en augmentant la part des pétroliers dans le coût de 30% à 40%.

«Par ailleurs, les managers proposent un réajustement moyen de 143% pour les bénéficiaires, qui peut atteindre 1 422% dans certains cas, pénalisant les bas salaires et les tranches d'âge plus âgées. A cela s'ajoutent plusieurs autres attaques et retraits de droits », ajoute la fédération. Parmi ces éléments, il y a des clauses faisant référence à la réglementation supplémentaire, des heures supplémentaires, de la stabilité de l'emploi et du télétravail.

Inspection dans l'entreprise

Les pétroliers veulent renouveler l'accord pour deux ans. Dans la partie économique, ils réclament des réajustements basés sur l'IPCA (estimation de l'indice à 2,3%) et une augmentation réelle de 2,2%, un pourcentage se référant, selon le FUP, aux pertes inflationnistes de 2016 à 2019.

La question de sécurité continue de préoccuper les représentants de la catégorie. À la demande des pétroliers, la Commission du travail de l'Assemblée législative de Rio de Janeiro devrait procéder à des inspections dans les unités de Petrobras. L'annonce a été faite lors d'une audition publique pour discuter des conditions de travail et de la santé des travailleurs du système. Les dirigeants syndicaux, à leur tour, affirment que l'entreprise omet des données sur le covid-19.

Vous pourriez également aimer...