Le Brésil

Si Lula est élu, Janja promet d’agir dans des actions contre la faim

São Paulo – La lutte contre la faim, l’une des caractéristiques de la première année du gouvernement Lula, en 2003, doit être la mission de la sociologue Rosangela da Silva, Janja, pour confirmer le favoritisme du PT. Janja et Lula se marient ce mercredi (18) – sous les spéculations des médias traditionnels sur la fête, la robe de la mariée, les garçons d’honneur et les invités. Et ils promettent un partenariat pour offrir aux familles brésiliennes les conditions d’exercer leur droit aux repas sans avoir à les préparer avec des os ou des chips de haricots. Ou pire, cherchez-les dans les poubelles.

« J’ai une affection toute particulière pour l’agenda des femmes et la question de l’alimentation et de la sécurité alimentaire. Si je peux apporter quelque chose à cette campagne, à ce gouvernement, si Dieu le veut, tout ira bien, ce sera sur la question de la sécurité alimentaire », a déclaré Janja aux femmes des quartiers d’Anhanguera, Perus, Pirituba et Brasilândia, à la périphérie. de la zone nord, qui a participé à une session plénière avec Lula et le pré-candidat au gouvernement de São Paulo, Fernando Haddad, pour discuter des prix élevés le 30 avril.

Pour Janja, expérimentée dans les projets de responsabilité sociale, l’émotion d’être aux côtés de Lula et de parler aux gens est « spéciale.

« La question de la faim, de la famine, qui est un mot difficile, pour regarder ces charrettes vides, et voir combien nous souffrons. Et je voulais parler aux femmes ici dans la région parce que nous savons que le visage de la faim au Brésil est le visage des femmes. Des femmes qui sont en première ligne, souffrant avec leur famille, à la recherche de nourriture pour leurs enfants. Et cela pour nous est très important », a-t-il déclaré.

Si Lula est élu, Janja promet d’agir dans des actions contre la faim

Dans sa participation rapide, Janja remercie les travailleuses qui, comme elle, ont cessé de « laver les vêtements et ranger la maison » pour aller parler d’un sujet aussi important. Selon le Réseau brésilien de recherche sur la souveraineté et la sécurité alimentaires et nutritionnelles (Rede Penssan), en 2022, plus de la moitié de la population, soit 116 millions de personnes, vivent avec un certain degré d’insécurité alimentaire. Et au moins 19 millions ont faim. Un revers inimaginable en 2014, lorsque le Brésil avait quitté la carte de la faim des Nations Unies (ONU).

Le pays qui vend l’image, y compris en interne, qu’il tue la faim dans le monde pour justifier les incitations à l’agro-industrie qui produit des matières premières, n’a commencé à faire face à la faim qu’après la stratégie Faim Zéro, impliquant une série d’actions pour générer des emplois et des revenus et renforcer les liens familiaux l’agriculture en articulant des programmes tels que l’achat de nourriture et les repas scolaires. De 2003 à 2014, la faim au Brésil a diminué de 82 %.

vérifier

Vous pourriez également aimer...