La Colombie

Un autre jeune dénonce le harcèlement sexuel du professeur Fabián Sanabria

Un autre cas de harcèlement sexuel présumé contre le professeur de l’Université nationale, Fabián Sanabria, a été révélé dans une nouvelle émission de Noticia Caracol. Il s’agit de Joan, un ancien élève de cette institution, qui a décidé de raconter la prétendue persécution qu’il a subie lorsqu’il avait 21 ans.

Cette histoire s’ajoute au témoignage du jeune Steeven López, qui a également publié sa version avant ce média. Les deux histoires conviennent que Sanabria les a comparés à des « chatons ».

« Il a commencé par me dire que j’avais le visage d’un chaton, que ce qui s’est passé avec les chatons, c’est qu’ils étaient très en colère et avaient besoin de consentement, alors laissez-moi consentir », a déclaré Joan dans son interview.

Ces mêmes mots étaient ce que Sanabria aurait dit à López lorsqu’il l’a invité dans son appartement, où le jeune homme est allé à la recherche d’un emploi promis par l’enseignant.

« Dans la chambre, il essaie de m’embrasser et je lui dis non, que je ne l’aime pas… Quand je le rejette, il me dit de me laisser chouchouter comme des chats, vous pouvez imaginer à quel point je me sens dégoûté. Je lui dis que je veux y aller, il me dit qu’il ne me laissera pas partir tant que je ne le ferai pas », a déclaré Lopez.

Pour sa part, Joan affirme avoir rencontré Sanabria lors de son dernier semestre d’anthropologie, alors qu’elle travaillait dans une fondation qui était associé à l’Institut colombien d’anthropologie et d’histoire (ICAHN), une entité dirigée par l’enseignant à l’époque.

« Une très belle relation intellectuelle en principe. C’est peut-être pour ça qu’il s’est rapproché un peu plus et a commencé une relation plus romantique avec moi. Je n’ai pas compris pourquoi », a-t-il déclaré.

De la même manière, il a dit avoir stoppé ces attitudes et paroles de Sanabria en mettant une limite à l’enseignant et s’est interrogé lorsque son traitement devenait du harcèlement. « Hé ! Fabian, je ne veux pas te manquer de respect, mais j’aime les femmes », furent ses mots.

Joan a parlé de sa situation à ses collègues de la fondation, mais a déclaré qu’il est malheureusement tabou pour un homme de subir du harcèlement sexuel de la part d’une personne du même sexe. « J’ai trouvé beaucoup que les gens, au lieu d’être indignés, riaient, ce qui me paraissait totalement absurde », a-t-il ajouté.

À son tour, comme Steeven López, a raconté que Sanabria l’avait invité dans son appartement pour parler d’une offre d’emploi à l’ICAHN, mais qu’en arrivant sur les lieux, le maître le reçut en robe et lui offrit une boisson qu’il ne voulait pas recevoir.

L’ancien élève a poursuivi en disant que la situation était devenue inconfortable parce que Sanabria lui avait demandé de « se laisser dorloter », alors il a exigé qu’il ouvre la porte et le laisse sortir.

Enfin, il a indiqué qu’après cette situation, il a été renvoyé de la fondation où il travaillait à cause de l’enseignant.

« Fabián Sanabria a dit au directeur adjoint, Ernesto Montenegro, qu’il était le pont entre la fondation avec laquelle je travaillais et l’ICAHN. Alors, ça m’a fait perdre mon travail, ça m’a fermé les portes professionnellement avec l’institution et avec tous mes contacts », a-t-il conclu.

Vous pourriez également aimer...