Le Venezuela

Un membre présumé du Hezbollah coupable du meurtre d'un ancien Premier ministre libanais

Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) a déclaré Salim Ayash, soupçonné d'appartenir au Hezbollah, coupable mardi du meurtre en 2005 de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, et a acquitté trois autres accusés, après six ans de procès, a rapporté AFP.

"La chambre de première instance déclare Ayash coupable au-delà de tout doute raisonnable, en tant que co-auteur du meurtre intentionnel de Rafic Hariri", a déclaré le juge président David Re.

Trois autres suspects, Hassan Habib Merhi, Hussein Oneissi et Assad Sabra, ont été déclarés "non coupables".

Les magistrats prononceront plus tard la sentence contre Ayyash qui, si un jour est remis au tribunal, risque la réclusion à perpétuité.

Aucun des accusés n'a été remis au tribunal, qui les a jugés par défaut.

Salim Ayash, 56 ans, peut faire appel de la décision.

L'avocat de TSL a indiqué dans un communiqué qu'il "prend note" des acquittements et examinera les conclusions des juges pour "déterminer si un appel est justifié".

Sur les trois reconnus non coupables, Hussein Oneissi, 46 ans, et Assad Sabra, 43 ans, ont été accusés d'avoir réalisé une fausse vidéo revendiquant le crime au nom d'un groupe inexistant. Hassan Habib Merhi, 54 ans, avait été accusé de complicité dans une attaque et de complot en vue de la perpétration d'une attaque.

Mustafa Badredin, le principal suspect, considéré comme le "cerveau" de l'attaque par les enquêteurs, est décédé.

Ce tribunal, basé aux Pays-Bas, avait reporté la lecture du jugement, initialement prévue le 7 août, "par respect pour les innombrables victimes" de l'explosion destructrice survenue trois jours plus tôt dans le port de la capitale libanaise et qui a fait au moins 177 morts et plus de 6 500 blessés.

Saad Hariri, le fils de Rafic Hariri et également ancien Premier ministre du Liban, a assisté à la lecture de l'arrêt à Leidschendam, près de La Haye.

"Le tribunal a statué, et au nom de la famille de feu le Premier ministre Rafic Hariri, au nom des familles des martyrs et des victimes, nous acceptons la décision du tribunal", a-t-il déclaré après avoir quitté la salle.

Rafic Hariri, Premier ministre jusqu'en octobre 2004, a été assassiné en 2005 par l'explosion d'un camion rempli d'explosifs alors que le convoi blindé parcourait la digue de Beyrouth, faisant 226 blessés.

Sa mort, pour laquelle quatre généraux libanais pro-syriens ont été initialement inculpés, a déclenché une vague de protestations, qui a forcé le retrait des troupes syriennes après plus de 30 ans de présence au Liban.

Au cours du processus, l'accusation ne s'est pas lassée de répéter que le meurtre de Rafic Hariri «avait un but politique», puisque le millionnaire sunnite «était considéré comme une menace sérieuse par les pro-syriens et les partisans du Hezbollah».

Vous pourriez également aimer...