La Colombie

Un pas de côté

Il est 9 heures du matin, j’entends le bruit des tambours et des vuvuzelas. Du balcon, j’observe une foule hétérogène et bigarrée qui défile dans la Calle 4ª. C’est le début de la grève annoncée mercredi.

Très tôt, l’ethnie Musak (Guambianos) a démoli la statue emblématique de Cali de Sebastián de Belalcázar, comme ils l’ont fait avec celle de Popayán l’année dernière. Il y a eu des accrochages avec la police, un signe avant-coureur de ce qui allait se passer ensuite.

***

Dans la manifestation qui traversait le Centre, je n’ai pas vu d’hommes cagoulés, les hommes portaient des chemises jaunes de l’équipe nationale et tous portaient des masques, les banderoles contre la réforme fiscale et d’autres demandes au gouvernement ont été portées par des syndicats, des artistes. , élèves et professeurs des écoles Univalle et Santa Librada et Camacho Perea, peuples autochtones, communautés noires, femmes au foyer, en somme.

***

Le bruit devenait de plus en plus assourdissant à l’approche de Cayzedo Square. Il y avait plus ou moins trois mille personnes. Ils allaient au CAM et le calme initial devenait agressif. Les slogans de la colère sourde enracinée qui ont retardé la pandémie se sont multipliés.

***

Pendant ce temps, des vidéos arrivent sur les réseaux sociaux des affrontements à l’Universidad del Valle avec Esmad et du pillage à l’Éxito de la 70, où des vandales sont sortis avec des télévisions géantes. L’atmosphère se réchauffait, jusqu’à ce que commence la destruction du siège de la mairie de CAM, dans trois rives du Centre et à Dian. Une bombe a explosé et un panache de fumée a éclipsé l’après-midi ensoleillé. L’Esmad a persécuté non seulement les vandales mais aussi ceux qui ont exécuté le slogan de protester pacifiquement. Espérons que Duque a réalisé le profond mécontentement des Colombiens à l’égard de sa gestion et annule la réforme fiscale malheureuse.

***

PS: Je pense que le moment est venu de se retirer. Pendant la pandémie, je suis arrivé à la conclusion que c’était le moment de ma retraite en tant que chroniqueur pour ce journal bien-aimé. Il y a deux mois, lorsque j’ai envoyé une lettre à María Elvira Domínguez à ce sujet, elle m’a demandé de ne pas le faire. « Le jour où je quitterai le Directoire, vous partirez, en attendant ne le faites pas. »

***

Il est difficile pour un journaliste qui s’occupe de l’actualité quotidienne depuis 50 ans d’attendre 15 jours ou plus pour commenter ce qui se passe dans un pays chaotique comme le nôtre, car les problèmes s’accumulent et perdent leur validité.

***

Bien sûr, il y a une raison plus fondamentale. Mon neveu Álvaro José Vallejo, 49 ans, est confronté à un cancer en phase terminale depuis 5 ans, traité avec tout le professionnalisme et le dévouement du personnel médical d’Imbanaco. Il a subi plus de 18 interventions, au milieu de la douleur de ses deux filles Sarita et Susana, de sa femme Catalina et de ses parents Francisco et Mary Stella, ma sœur, Juan Fernando et Felipe Vallejo.

***

Je me consacrerai à l’écriture d’un livre sur ce Titan de la vie, qui s’accroche à l’amour de ses filles, garde la joie, le sens de l’humour et une foi inébranlable. Merci à María Elvira et à la famille Lloreda pour le respect et l’affection qu’elles m’ont toujours témoigné et aux lecteurs qui m’arrêtent dans la rue pour me demander pourquoi j’ai arrêté d’écrire.
.

Vous pourriez également aimer...