Le Venezuela

Le Christ de la Santé est déjà l’héritage du Venezuela

Le Cristo de la Salud, dont le cortège part chaque 1er janvier dans les rues de Zaraza (Guárico), a été proclamé ce lundi patrimoine du Venezuela. Le vice-ministre de l’Identité culturelle, Ignacio Barreto, s’est rendu dans la ville susmentionnée de Guarique et, au milieu d’un acte, a remis à Jumarly Fonseca, maire de la municipalité de Pedro Zaraza, le certificat délivré par le ministère de la Culture.

« Je remercie l’Église catholique, la Fondation Cristo de la Salud à tous les habitants de la municipalité de Pedro Zaraza pour avoir fait partie de ces nouvelles pages de l’histoire de notre ville », a déclaré Fonseca lors de la session solennelle qui s’est tenue ce lundi au San Gabriel. Église de l’Arcángel où l’on conserve l’image vénérée du Cristo de la Salud.

Au cours de cette session, le vice-ministre Barreto a lu le certificat qui accrédite la procession du Cristo de la Salud comme patrimoine vénézuélien, signé par le ministre de la Culture Ernesto Villegas. Un des paragraphes du document indique que le Christ est inscrit au registre du patrimoine culturel « compte tenu de la signification sociale que cette expression… immatérielle revêt pour les différentes communautés, l’identité et la diversité culturelle de la République ».

A la fin de la séance, les fidèles ont porté le Cristo de la Salud sur leurs épaules pour une courte procession.

En plus de la session, il y avait une exposition culturelle dans la rue Comercio de Zaraza où ils ont placé six stands qui ont rassemblé le patrimoine culturel de la municipalité : les carnavals touristiques de la plaine vénézuélienne ; les cloches stelban de l’univers ; le maître harpiste José Antonio Blanca et le groupe créole Los Copleros del Unare.

El Viceministro Barreto se comprometió a proseguir las investigaciones en torno a la centenaria procesión de Zaraza debido a que ésta contiene una expresión que solo existía en Carabobo, que es el canto del joropo devocionario “factor importante para proponer al Cristo de la Salud como patrimonio de l’humanité ».

C’est précisément cette idée de traiter la pétition susmentionnée devant les organisations internationales est née d’un groupe de personnes de Saragosse, parmi lesquelles se distinguent Pedro Castro, Luis Pimentel, José Manuel Hernández et Marisol Pérez Rojas. Le maire Jumarly Fonseca a approuvé la proposition et l’a présentée au ministre Villegas pour examen.

Tradition. Le 1er janvier 1857, à 3 heures du matin, c’est la première fois que le Cristo de la Salud sort en procession en exécution d’une promesse faite par un Saragosse au rédempteur. Ce sont les années du morbus choléra ou vomi noir qui a mis fin à de nombreuses vies, au point qu’à Zaraza ils ont improvisé un cimetière où ils enterraient les victimes du terrible mal dans des fosses communes, selon les chroniqueurs.

Mais c’est la fille Carmen Díaz qui a donné des indices sur le remède à cette pandémie qui est entrée au Venezuela par le port de La Guaira. La jeune fille, originaire de Zaraza, a raconté à ses parents ce dont elle avait rêvé : des foules maigres et faibles qui, le premier janvier, conduisaient Jésus de Nazareth en procession. Dans ce même rêve, un garçon a sucé des citrons qui ont servi de remède pour calmer le vomi noir.

Un habitant de la ville a été le premier à consommer du citron comme médicament contre le mal. Il guérit et promit d’amener le Christ en procession, inspiré par le rêve de la fille Carmen Díaz. Depuis cette époque, jusqu’à aujourd’hui, les habitants de Saragosse se rassemblent autour du Christ à 5 heures du matin pour l’emmener se promener dans les rues de Zaraza.

Vous pourriez également aimer...