La Colombie

Le sénateur veut-il nommer un contrôleur? Gustavo Bolívar a dénoncé la « sale guerre » contre lui

La élection du nouveau contrôleur général de la République, a été la cible de commentaires ces dernières semaines. Ce qui précède, après que le sénateur du Pacte historique, Gustavo Bolívar, a rapporté que son même partenaire de banc, Roy Barreras, faisait une « campagne » pour Maria Fernanda Rangel.

Dans l’après-midi du 21 juillet, il a été révélé que prétendument Bolívar cherchait à mettre un contrôleurce qui précède, après que le journaliste Daniel Coronell, ait précisé que Jules César Cardenas il était le candidat du sénateur et président Gustavo Petro.

Des heures après, Bolívar Il a écrit un tweet au journaliste dans lequel il précise ce qui suit : « Cárdenas n’est pas sur la liste des 10 éligibles. Vous ne pouvez pas être candidat. Je n’ai pas de candidat pour ce poste et donc mon autorité morale pour exiger qu’on élise quelqu’un de transparent », a-t-il déclaré.

Suivi de ce qui précède, le le journaliste a répondu au commentaire, indiquant qu’il était au courant que Julio César Cárdenas n’est pas sur la liste des éligibles au contrôleur, cependant, il lui a demandé publiquement s’ils feraient des efforts pour l’inclure.

Par la suite, le sénateur a répondu qu’ils ne faisaient aucun effort, commentant qu’il avait remis en question la 1ère liste, entraînant sa chute, cependant, il a ajouté que, « La Commission accidentelle qui l’a réunie peut dire que nous avons demandé d’inclure Cárdenas. S’il retombe, c’est à cause de vices juridiques », a-t-il déclaré.

Cependant, Bolívar Il a décidé de parler de l’hypothèse avec un autre message, comme il l’a précisé : « Je suis désolé de vous décevoir. Je ne connais aucun des candidats, Je n’ai pas de candidats. J’ai refusé de recevoir ceux qui me demandaient des rendez-vous. Je veux juste un contrôleur pour mon pays qui ne couvre pas la corruption, qui dénonce, qui ne soit pas dans la poche des mafias », a déclaré le sénateur.

De même, sur les réseaux sociaux, des spéculations ont commencé sur la prétendue participation de Bolívar à l’élection du contrôleur. Avec la tendance #BolivarWantController, ils ont commencé à se demander ce que faisait le sénateur et soulignant que pour cette raison il aurait accusé la première liste de candidats.

En ce sens, ce vendredi matin, le député a dénoncé que ils « payeraient » pour que les internautes trillent contre eux. À sa communication, il a ajouté deux images dans lesquelles une conversation a été vue dans laquelle il a été averti de l’événement. Ainsi les choses, Bolivar a écrit ce qui suit :

« Hier, ils payaient 50 000 $ pour chaque tweet contre moi avec la tendance #BolivarWantController L’information m’est venue de deux sources. Vous connaissez déjà la sale guerre qui me revient pour avoir marché sur des callosités. En outre, Je sais déjà qui est l’auteur de la commande« , il a souligné. Voici les images que vous avez jointes comme preuve :


Attrape.  Photo : Twitter @gustavopetourrego

Attrape. Photo : Twitter @gustavopetourrego


Vous pourriez également aimer...