Le Brésil

les victimes exigent que le cas de Vale soit renvoyé à la justice à MG

São Paulo – Le Mouvement des personnes affectées par les barrages (MAB) et l’Association des familles de victimes et affectées par l’éclatement du barrage Mina do Feijão, à Brumadinho (Avabrum), rejettent avec véhémence l’annulation de la plainte présentée par le ministère public du Minas Gerais pour le délit de rupture du barrage de Vale dans le ruisseau Feijão, à Brumadinho, le 25 janvier 2019. 272 ​​​​personnes sont mortes, dont neuf sont toujours portées disparues.

Les membres de la sixième chambre de la Cour supérieure de justice (TSJ) ont répondu à une demande de fédéralisation de l’affaire formulée par la défense de l’ancien président de Vale Fábio Schvartsman, qui figure parmi les accusés. En tant qu’agence du gouvernement fédéral, la compétence d’enquêter et de juger appartiendrait à l’Union.Cependant, la thèse des avocats est basée sur la pratique du crime fondée sur la fourniture de faux documents, ce qui a conduit l’Agence nationale des mines (ANM) de conclure que les normes de sécurité pour les digues à résidus ont été pleinement respectées par Vale à Brumadinho.

La décision a été prise mardi dernier (19). À l’origine, la plainte contre les sociétés Vale, Tüv Süd et 16 employés a été reçue par le tribunal d’État de Minas en février 2020.

Jury populaire à Brumadinho

«Nous avons été surpris par une décision du STJ qui retire la décision du jugement ici à Minas Gerais et la porte à la sphère fédérale. Nous sommes très inquiets. parce que nous savons que c’est une stratégie de Vale de rester impuni. Vale essaie d’échapper au crime qui a causé la mort de 272 personnes et détruit le bassin de la rivière Paraopeba », a déclaré Joceli Andrioli, de la coordination MAB, lors d’un acte devant le siège de la justice fédérale à Minas Gerais ce jeudi matin ( 21 ).

Le MAB et Avabrum, représenté par sa présidente, Alexandra Andrade Gonçalves, souhaitent que la décision du STJ soit révoquée afin que l’action soit renvoyée au niveau de l’État et que l’affaire soit jugée dans les meilleurs délais. Cela fait mille jours depuis la rupture. «Nous voulons le jury populaire ici à Brumadinho, qui est le bon endroit pour juger. Et pour la première fois, peut-être, d’arrêter ces criminels, afin que de tels crimes ne se reproduisent plus, ni dans le Minas Gerais ni au Brésil », a déclaré Andrioli.

la recherche à la case départ

Malgré l’annulation de la réception de la plainte, la décision du STJ n’invalide pas l’enquête menée par le ministère public du Minas Gerais, qui a pu, en fait, être pleinement utilisée.

Cependant, le MAB envisage une autre possibilité. « La décision signifie que la procédure pénale revient à la case départ et que maintenant le ministère public fédéral (MPF) devrait déposer une nouvelle plainte qui, si elle est acceptée, serait jugée par le Tribunal fédéral. Et si le MPF ne dépose pas de nouvelle plainte, comment ça se passe ? », s’interroge le mouvement dans une note de répudiation.

Le ministère public du Minas Gerais a déclaré qu’il ferait appel de la décision.

Consultez la note de répudiation d’Avabrum

L’Association des familles de victimes et affectées par la perturbation du barrage Mina do Feijão, à Brumadinho (Avabrum) rejette l’annulation de la réception de l’affaire concernant le crime de Vale à Brumadinho. Le crime a eu lieu ici à Minas Gerais et il n’y a aucune raison pour que le processus soit fédéralisé.

Estimant que cet État est capable de prendre soin de ses enfants, que la justice du Minas Gerais est fidèle à ses dogmes et a principalement le pouvoir d’exercer sa fonction de défense du droit de chaque victime, promouvant ainsi une punition exemplaire pour un crime odieux, commis avec cruauté exquise, ayant comme cerveaux professionnels qui d’un coup de froid ont assuré la mort de 272 innocents, la plupart d’entre eux sur leur lieu de travail.

Nous soulignons que tous les accusés étaient conscients des conséquences de leurs actes et de leurs choix et A CHOISI DE TUER ! LAISSEZ DONC LA JUSTICE DE MINAS JOUER LEUR RLE, ICI SUR LE SOL BOUE.

Au nom de la JUSTICE que nous attendions depuis si longtemps, NOUS APPELONS LE STJ A REVOQUER immédiatement cette décision qui empoisonne nos vies et nous espérons que les magistrats et les tribunaux ne reculeront pas devant leur travail.

Les responsables de ce crime odieux veulent choisir qui les jugera et c’est inacceptable. Il n’appartient pas au défendeur de choisir le lieu de son jugement.

Découvrez la note MAB

À la veille de franchir le jalon tragique des mille jours d’impunité pour le crime de Vale à Brumadinho, touché et touché dans le bassin de Paraopeba, les proches des victimes mortelles et la population en général reçoivent un cadeau macabre.

La sixième chambre de la Cour supérieure de justice (STJ) a décidé mardi (19) d’annuler la réception de la plainte déposée par le ministère public de Minas Gerais pour les décès causés par l’effondrement du barrage de Mina Córrego do Feijão, qui a eu lieu lieu en janvier 2019, à Brumadinho (MG). Au total, le crime a causé la mort de 272 personnes et 8 n’ont pas encore été retrouvées.

La décision signifie que le processus pénal revient à la case départ et maintenant le MPF devrait déposer une nouvelle plainte qui, si elle est acceptée, serait jugée par la Cour fédérale. Et si le MPF ne dépose pas de nouvelle plainte, comment se fait-il ?

Le Mouvement des personnes affectées par les barrages (MAB) dénonce que la décision du STJ contribue à l’impunité des entreprises impliquées, notamment Vale S/A par rapport aux 272 décès. En outre, il encourage de nouveaux crimes, rend malade les personnes touchées et retarde la réparation d’autres dommages causés aux résidents du bassin de Paraopeba et à l’environnement. Il semble que les entreprises soient plus fortes et plus puissantes que la justice au Brésil.

Malgré les preuves de plusieurs fraudes dans la documentation de la stabilité du barrage et les travaux imprudents qui ont précipité la rupture, le pouvoir économique et politique se transforme en pouvoir légal et assure l’impunité.

Les personnes touchées sont victimes de l’injustice fédérale. L’expérience de Rio Doce, menée par la Cour fédérale, met également en évidence l’impunité et le déni de droits. Six ans après les 19 vies perdues et un avortement forcé, la mort du Rio Doce et les innombrables crimes commis contre la population du Bassin, aucune arrestation n’a eu lieu et la réparation n’est pas arrivée.

Les habitants de Brumadinho doivent avoir le droit de suivre le procès des crimes de Vale, ils doivent avoir le droit de voir les responsables des 272 morts jugés au Tribunal Juri, instrument de citoyenneté et d’exercice de la démocratie, dans les tribunaux de l’État de cette ville.

Par conséquent, les personnes affectées et affectées dans le bassin seront organisées en acte demain (21), à partir de 9 heures, devant le Tribunal fédéral, Av. Alvares Cabral, 1805, Belo Horizonte/MG. Nous espérons que la décision sera renversée. Nous n’accepterons pas l’impunité !

A lutté pour la justice !

Vous pourriez également aimer...