Le Brésil

Silence dans la cathédrale, croix sur les marches: les centrales se souviennent des victimes et critiquent le gouvernement

São Paulo – Avec une minute de silence presque à la fin, les représentants des centrales syndicales ont conclu un acte sur la Praça da Sé, dans la région centrale de São Paulo, pour honorer les victimes du covid-19 et tenir le gouvernement responsable de l'étendue de la crise. La manifestation, en début d'après-midi du vendredi (7), a été rapide et symbolique. Avec des masques, les dirigeants se sont positionnés sur l'escalier qui mène à l'entrée principale de la cathédrale. Il y avait aussi des croix placées avec les inscriptions «Fora bolsonaro» et «100 mille morts».

Le nombre fait allusion au nombre de décès qui pourraient être officiellement atteints aujourd'hui, en raison de la pandémie. Pour le Père Júlio Lancelotti, de la Pastorale do Povo de Rua, c'est un moment de «prière et d'indignation». Contre un gouvernement hostile aux travailleurs, aux peuples autochtones, aux quilombolas, à la communauté LGBT, "les plus pauvres, les chômeurs, qui crée une aide d'urgence qui n'atteint pas les gens de la rue". Et il a demandé la solidarité: «C'est une dimension humaine, ce n'est pas religieux».

Le président de la CUT, Sérgio Nobre, a réaffirmé que nombre de ces décès auraient pu être évités grâce à des politiques appropriées et à un isolement efficace. Selon lui, il existe des projections qui pourraient atteindre 180 000. "Nous pouvons atteindre la triste marque du champion du monde des morts", a-t-il déploré. "Nous n'avons même pas de ministre de la Santé dans cette tragédie", a-t-il ajouté, défendant la destitution immédiate du président de la République.

Chemin de développement

CUT était l'une des entités qui a transmis une demande formelle de destitution au Congrès. Pour le syndicaliste, Jair Bolsonaro devrait avoir «l'humilité et la grandeur» pour démissionner. Son départ, a-t-il ajouté, est «une condition fondamentale pour que ce pays revienne sur la bonne voie, vers le développement».

Il a même appelé à applaudir les agents de santé. À l'instar du président de Força Sindical, Miguel Torres, le cutista a déclaré que les gouverneurs et les maires qui mettent en œuvre la rentrée scolaire seraient aussi «génocidaires» que le président de la République.

Miguel, d'ailleurs, a perdu hier (6e) sa propre mère, Dejanira, une autre victime du covid-19. Il a déclaré que beaucoup sont morts "en raison de l'irresponsabilité du Président de la République, qui n'a pas fait face à la maladie comme il aurait dû". Les expériences d'autres pays pourraient aider, "mais notre président a tourné le dos".

Dans la même tempête

Rappelant que tout le monde n'a pas les mêmes conditions de traitement, Miguel a réfuté ceux qui disent que tout le monde est «dans le même bateau». "Nous sommes dans la même tempête", a-t-il déclaré. Il a défendu un «agenda pour le confronter de manière responsable, avec la science». Il a exigé le maintien d'une aide d'urgence d'un montant de 600 R $ au moins jusqu'en décembre et la création de deux tranches supplémentaires d'assurance-chômage. "Jusqu'en octobre, la crise sera beaucoup plus profonde."

"Le Brésil est sans commandement", a déclaré le président de la CGTB, Ubiraci Dantas de Oliveira, Bira. Rappelant des moments de résistance contre la dictature, il a déclaré qu '"il ne sera pas un petit capitaine qui empêchera notre peuple de vivre dignement, avec des droits, des emplois et des salaires". Peu de temps après, Atnágoras Lopes, du CSP-Conlutas, a regretté qu'une quarantaine de 30 jours avec un revenu de base n'ait pas été mise en œuvre. "Il n'y avait pas une telle douleur."

Le président du CTB, Adilson Araújo, a fait référence à la déclaration faite hier par Bolsonaro. «Comment toucher la vie, face à une mauvaise gestion qui n'a aucune attention pour ses habitants?», A-t-il réagi, citant également une mesure adoptée au début de la pandémie. "Le souci de Bolsonaro et du médiocre ministre de l'Economie était d'allouer 17% du PIB à l'aide aux banquiers." Dans l'intervalle, a-t-il ajouté, les gens continuent de lutter pour recevoir une aide d'urgence.

Après avoir dirigé une marche depuis la Rua 25 de Março, un lieu de shopping traditionnel et populaire de la ville, le président de l'UGT, Ricardo Patah, a rappelé les événements pertinents dans la cathédrale, comme la messe à la mémoire du journaliste Vladimir Herzog, en 1975. Il a déclaré que L'économie est «en ruine» et a qualifié le gouvernement de «criminel», engagé à «mettre fin aux travailleurs». La centrale a participé à une plainte contre Bolsonaro transmise à la Cour pénale internationale de La Haye, aux Pays-Bas.

Vous pourriez également aimer...